Guide pratique : les sentiers de Kumano kodo

Je vous parle depuis plusieurs articles des sanctuaires de Kumano kodo mais je n’ai pas encore écrit sur les sentiers de pèlerinage qui relient ces sites entre eux. Avant d’enfiler vos chaussures, je vous propose cet article conçu comme un guide pratique pour vous donner toutes les infos à savoir pour préparer au mieux votre circuit !

 

Sentiers de Kumano kodo : pourquoi ils m’ont marqué

Les sentiers de Kumano kodo sont empruntés depuis près d’un millénaire par des pèlerins de toutes conditions sociales, et sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO 🌐. Leur histoire peut sembler compliquée car elle résulte d’un entrelacement de rites shintoïstes et de légendes bouddhistes. Il est parfois bien difficile de savoir qui, de l’œuf ou de la poule, est arrivé en premier ! Croyez-moi, ce serait une erreur d’en saisir tout le sens. L’essentiel ici n’est pas de chercher à tout comprendre mais de ressentir cet ensemble harmonieusement édifié entre dame Nature et les croyances des hommes.

Mettre son téléphone en mode avion, s’imprégner de la nature alentour, entendre le bruit du vent dans les arbres sans bruit parasite en arrière-fond, s’arrêter de marcher et savourer… le silence, un rayon de soleil… Je peux vous assurer que ça fait un bien fou après les visites enchaînées à Kyoto ou Tokyo !

 

Quand programmer sa visite ?

Lors de notre passage en pleine période de floraison de sakuras ce printemps, les pistes étaient complètement désertes et nous avons dû croiser une dizaine de marcheurs tout au plus. La météo est également restée clémente durant notre semaine à vadrouiller dans la péninsule avec un bon 20°C en pleine journée. Cette période est donc idéale pour marcher car il ne fait pas trop chaud et les précipitations restent rares. L’automne doit également valoir le coup pour les couleurs que doivent prendre les montagnes.

Il est en revanche déconseillé de randonner en plein été à cause de la forte humidité et de la chaleur, ainsi qu’au cours des périodes de fortes précipitations du fait des risques de chutes d’arbres et de glissements de terrain (juin pour la saison des pluies, septembre pour les typhons).

 

Les chemins de Kumano : un réseau tentaculaire

La péninsule de Kii est parsemée d’une multitude de pistes qui convergent toutes en direction du centre spirituel de Kumano Hongu taisha. Je vous laisse jeter un oeil sur la carte ci-dessous pour vous en donner un petit aperçu 👇 :

carte générale sentiers de kumano kodo

🚶 Le chemin le plus facile, intéressant et accessible en transports en communs correspond au sentier Nakahechi (en rose ci-dessus), qui traverse la péninsule d’Ouest en Est en reliant la ville de Kii-Tanabe à Shingu. Il a l’avantage de disposer encore de nombreuses pistes pavées d’époque, et permet de voir les 3 sanctuaires sacrés de Kumano connus sous le nom de Kumano Sanzan. Pour des marcheurs classiques, le périple complet se fait en 4 à 5 jours et représente 65 km avec un dénivelé variable selon les portions (altitude maxi : 800 m), mais si vous voulez prendre le temps de profiter pleinement de l’aventure et de tous les sites annexes, je vous recommande d’y consacrer 8 jours pleins.

zoom nakahechi

 

En ce qui nous concerne, nous ne sommes pas des randonneurs aguerris au point de partir en trek plusieurs jours d’affilée avec un sac à dos (ça vous l’aurez compris si vous me suivez depuis un petit moment !). Pour ce voyage, nous avons donc choisi d’explorer seulement deux portions du sentier Nakahechi : la section initiale entre Takijiri-oji et Takahara (en vert ci-dessous) et la section entre Hosshinmon-oji et Oyunohara (en jaune) 👇 :

 

 

Oui ce sont les moins pentus 😇 ! Le but de ce séjour n’était pas de parcourir le sentier de bout en bout mais seulement d’en explorer une partie. Déjà bien fatigués par 2 semaines de séjour, on voulait avant tout prendre le temps de découvrir l’essentiel des sites sacrés du pèlerinage sans y aller au pas de course. Et pourquoi pas revenir sur un prochain séjour en faisant le parcours entier cette fois-ci.

 

 

Le point logistique

☝ Pour vous aider dans les préparatifs, je vous recommande de passer par le site officiel Kumano Travel (voir le paragraphe « ressources utiles » en fin d’article) . C’est bien simple, tout y est : liste des hébergements, exemples de circuits selon le nombre de jours que vous voulez consacrer, livraison de bagages entre destinations pendant votre randonnée… une vraie perle qui intègre même son propre système de réservation en ligne pour les chambres d’hôtes.

🛌 L’offre en logements n’est pas énorme et si vous ne réservez pas en avance, vous ne serez pas assurés de trouver facilement une chambre sur le pouce. Entre certaines étapes, il est d’ailleurs plus simple de dormir dans des abris couverts construits le long du sentier. Il s’agit de cabanes de refuge gratuites et libres d’accès, implantées sur les proportions de sentiers les plus isolés. Elles permettent au moins d’avoir de quoi dormir au sec dans son sac de couchage.

🍜 Côté repas, vous trouverez des hameaux qui accueillent en général des petits cafés ou restaurants bien garnis en cuisine locale et bentos. Plusieurs points d’eau sont également implantés sur le parcours pour remplir les bouteilles mais les distributeurs automatiques, si courants au Japon, sont quasi inexistants. Il faut donc voyager avec nos vieux réflexes français et prévoir une petite réserve de boissons dans le sac à dos.

Pause déjauner bento chemins de Kumano kodo

 

👜 Pour les bagages, le plus simple est de se faire livrer ses grosses valises directement à sa destination d’arrivée, via les services locaux de transport, ou l’excellent système Ta-Q-bin.

Astuce bagages : le système Ta-Q-bin
Le Japon a le sens du service ! Pour 15 euros en moyenne, vous pouvez envoyer votre valise de 23 kg à l’autre bout du Japon et voyager avec un simple sac à dos. Comble du luxe, on peut demander une livraison en différé d’une semaine pour que la valise soit livrée pile le jour de votre arrivée à la fin de votre randonnée. D’une fiabilité à toute épreuve, ce service sera votre meilleur ami pour explorer les sentiers de Kumano kodo le pas léger (plus d’infos en fin d’article).

 

Les transports en commun le long des sentiers

La région est sillonnée par plusieurs lignes de bus mais les passages ne sont pas fréquents. Je vous recommande donc de bien vérifier les horaires pour ne pas perdre des heures à attendre bêtement la prochaine navette.

🚍 Si vous avez prévu de randonner sur une grande portion du sentier, le bus reste le moyen de transport à privilégier. Prenez-le à Kii-Tanabe et rejoignez votre point de départ à Takijiri-oji. Vous pourrez ensuite le reprendre en milieu de parcours pour éviter certaines sections par exemple, ou vous déplacer facilement autour de Hongu taisha-mae pour explorer les différents villages de onsens à proximité.

🚘 Si en revanche vous avez prévu de ne marcher que sur quelques pistes tout en optimisant votre temps pour explorer un maximum de sites de la préfecture de Wakayama, alors la voiture sera votre meilleure alliée. Au delà du gain de temps considérable, vous aurez également l’esprit libéré de la contrainte horaire des lignes de bus.

🚆 Pour ceux qui veulent un mélange des deux premières options (randonner un peu, voir un maximum de choses mais sans louer de voiture), je vous recommande d’utiliser la seule ligne de train JR qui longe la côte, puis d’explorer le centre de la péninsule via le réseau de bus. Kii-Katsura et Hongu sont les deux camps de base les plus intéressants pour se poser quelques jours et rayonner autour à partir de ces points.

 

Bon à savoir : opter pour un JR pass régional
Si vous optez pour le train, jetez un oeil au JR pass régional Kansai Wide area pass. D’une durée de 5 jours pour un tarif de 76 € (tarif de septembre 2019), il est bien moins cher que le JR pass national et peut s’avérer intéressant. Si vous avez besoin d’y voir plus clair pour choisir le JR pass le plus adapté à votre séjour, je vous invite à relire mon article Comment optimiser son JR pass.

 

Les incontournables à ne pas manquer

Les sentiers valent le détour à eux-seuls pour leur environnement préservé, mais on les suit également pour les grands sites qui font leur réputation : en voici une courte liste. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller voir mes articles qui y sont consacrés (un peu de patience, je n’ai pas encore eu le temps de tout écrire 😉).

  • Les 3 sanctuaires de Kumano sanzan

Ils font la renommée de la région et sont référencés parmi les sites les plus sacrés du Japon. On reconnait de loin le sanctuaire de Kumano Hongu taisha avec son grand torii, tout comme la pagode de Kumano Nachi taisha qui figure en bonne place dans les brochures touristiques.

Le dernier sanctuaire de Kumano Hayatama taisha est plus confidentiel mais bien typique avec son rouge vermillon, accompagné par le sanctuaire Kamikura-jinja et son grand escalier de pierre qui mérite un bel effort pour arriver au sommet !

  • Yunomine onsen

Seule source thermale classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle est utilisée depuis des millénaires par les pèlerins des sentiers venus se purifier dans ses eaux bleu azur. D’autres villages de onsens existent dans la région mais je n’ai pas encore eu l’occasion de les visiter (Kawayu onsen, Watarase onsen et Ryujin onsen).

  • Les gorges de Dorokyo

Creusées par les torrents de montagne, les gorges de Dorokyo montrent une facette inattendue de la région.

  • Koyasan

Situé plus au Nord et relié à Hongu par le sentier Kohechi, ce sanctuaire est un incontournable que je ne me lasse pas de visiter. Se perdre dans son cimetière millénaire Okunoin entre les tombes et les cyprès, puis passer une nuit dans un temple de Koyasan reste une expérience unique complètement hors du temps.

 

Ce guide pratique sur les sentiers de Kumano kodo arrive à son terme ! J’espère qu’il vous sera utile pour programmer votre séjour ou qu’il vous donnera simplement l’envie de découvrir ce Japon un peu plus éloigné des grands circuits touristiques, et qui aura su me charmer par la beauté de ses sites naturels et sacrés. Je vous laisse maintenant tous les liens utiles et si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires 😉.

 

Ressources utiles pour préparer sa randonnée à Kumano kodo :

 

Besoin de retrouver facilement cet article ? Enregistrez-le dans un tableau sur Pinterest !

2 commentaires sur “Guide pratique : les sentiers de Kumano kodo

  1. Super !!! Je l’attendais avec impatience cet article, c’est tellement difficile de trouver des infos claires et précises sur cette région, vraiment peu de blogs en parlent. Nous dormirons à Kawayu Onsen 2 nuits puis irons du côté de Katsuura donc on aura le temps de profiter de la région 🙂

    1. Content de voir que cet article te sera utile ! C’est une bonne idée de rester sur Kawayu et Kii-katsura, il est facile de rayonner autour de ces 2 points. Et les onsens sont assez sensationnels à Kii-Katsura !

Laisser un commentaire