cérémonie shinto au sanctuaire kumano hongu taisha

Festival au sanctuaire Kumano Hongu taisha

Niché au cœur des vallées de Wakayama, le sanctuaire de Kumano Hongu taisha est le point central où convergent tous les chemins de pèlerinage de la péninsule. Passage obligé pour les randonneurs dans un cadre naturel de toute beauté, il permet aussi de s’imprégner des mythes shintoïstes à l’origine de la fondation du Japon, mis à l’honneur chaque année au cours du matsuri (festival) de printemps.

 

Kumano sanzan, les 3 sanctuaires de Kumano

Le sanctuaire de Kumano Hongu taisha, constitue l’un des 3 sanctuaires incontournables de la péninsule de Wakayama avec ceux de Kumano Nachi taisha et de Kumano Hayatama taisha. Terres des dieux shintoïstes fondateurs du Japon, ces 3 sites légendaires sont regroupés sous le nom de Kumano sanzan et apparaissent dans le Kojiki, la « Chronique des faits anciens », un ouvrage de l’an 711 qui raconte le récit de tous les mythes du Japon. Je vous mets ci-dessous une photo de chacun de ces lieux pour vous en donner une idée : ça en jette !

Le Kojiki raconte que Jimmu, descendant de la déesse solaire Amaterasu, est venu sur Terre pour régner sur le monde des Hommes. Après un périple en mer, il est arrivé dans la région de Kumano pour combattre les chefs locaux et s’imposer. Il marche ensuite sur Nara pour fonder la capitale originelle du Japon et devient le premier empereur. Jimmu installe ainsi la dynastie de droit divin la plus longue de tous les temps, toujours incarnée de nos jours par l’empereur Naruhito (son père, Akihito, a abdiqué en mars 2019 pour lui laisser le pouvoir).

Les 3 sanctuaires de Kumano vénèrent donc une partie de ce panthéon shintoïste, dont le culte s’est complété au fil des siècles avec les divinités bouddhistes. Cela donne au final un beau mélange des légendes et je vous avoue que c’est difficile de ne pas se perdre dans toutes ces histoires 😅.

 

Le sanctuaire de Hongu et le corbeau à 3 pattes

Le sanctuaire de Hongu taisha qui nous intéresse dans cet article est dédié à Susanoo, le frère de la déesse Amaterasu, dieu des tempêtes et de la mer au caractère impétueux (oui je sais, il y a beaucoup de noms à retenir ! C’est donc un grand oncle de Jimmu). Contrairement aux autres sanctuaires, celui-ci est assez austère : il n’y a pas de belle couleur vermillon mais des pavillons en bois brut avec quelques touches d’or, entourés par une palissade.

kumano hongu taisha shrine

Je reconnais que visuellement, il est bien moins impressionnant que d’autres sanctuaires mais je peux vous assurer qu’une atmosphère très particulière y règne. Je ne sais pas trop comment l’expliquer : est-ce lié à la symétrie parfaite de l’espace et de l’architecture, le contraste entre la blancheur des graviers et le bois sombre des constructions, ce sentiment que les kamis (dieux) sont presque accessibles, là tout près derrière cette mince barrière ? Quoiqu’il en soit, il faut s’imprégner des légendes et de l’histoire du site pour en saisir toute son importance et apprécier au mieux la visite.

En ressortant, nous avons fait un arrêt devant le point de vente des amulettes pour repartir avec notre talisman à l’effigie du corbeau à trois pattes Yatagarasu qui a l’avantage de protéger contre à peu près tous les désastres de ce monde et de porter chance (la totale !). Pour la petite histoire, ce corbeau est l’animal-totem de la région car il a servi de guide à Jimmu durant son voyage pour rejoindre Nara. J’espère secrètement qu’il me guidera moi aussi vers mon but : un autre beau voyage au Japon 😉. J’en ai aussi profité pour faire calligraphier mon propre papier washi fabriqué la veille à l’atelier artisanal et obtenir le sceau du temple. Plutôt sympas comme souvenirs, vous ne trouvez pas ?

corbeau yatagarasu kumano

atelier artisanal fabrication papier washi wakayama hongu taisha avec goshuin

 

Bon à savoir
Le sanctuaire de Kumano Hongu taisha est le point central de la péninsule où se rejoignent tous les chemins de pèlerinage de Kumano kodo. Si vous voulez simplement randonner sur une portion de ces sentiers, c’est un bon point de départ pour une excursion à la journée. Vous pouvez par exemple prendre un bus et descendre à un arrêt à quelques kilomètres, puis revenir au centre de Hongu en empruntant les sentiers de pèlerinage (voir les infos pratiques en fin d’article).

 

Le festival annuel de Kumano Hongu taisha

Un festival se déroule tous les ans du 13 au 15 avril au sanctuaire de Kumano Hongu taisha pour célébrer l’arrivée du printemps. J’ai programmé notre visite au sanctuaire le 15 avril car il concentre la majorité des festivités en ce dernier jour. Contrairement à ce que je pensais, il n’y avait pas foule. Hormis les habitants du secteur et quelques chaînes de TV locales venues couvrir l’événement, les lieux étaient très calmes ce qui nous a permis d’avoir l’embarras du choix pour trouver une bonne place.

Pour ce défilé, les dieux du sanctuaire sont temporairement installés dans un autel portatif, le mikoshi, et sont déplacés sur l’épicentre originel du sanctuaire auprès du grand torii à Oyu no hara où a lieu la fête. Une procession se met alors en place avec plusieurs prêtres, des danseurs, et les porteurs du mikoshi.

oyu no hara kumano kodo

matsuri kumano hongu taisha wakayama japon

Le cortège se termine ensuite par des pères de famille qui portent leur jeune fils sur leurs épaules. Aujourd’hui est en effet un jour sacré car les bouts de choux sont considérés comme les descendants des dieux. Ils se sont purifiés auparavant avec leurs parents dans les bains de Yunomine onsen à quelques kilomètres de là, et sont arrivés à pied ensemble en suivant le chemin de pèlerinage entre les onsens et le sanctuaire. Le trajet dure une petite heure et les enfants ne doivent en aucun cas toucher le sol tant que la fête n’est pas terminée ! Même s’ils étaient tous assez sages, certains papas avaient l’air bien fatigués par la marche. D’autres ont vécu de grands moments quand il a fallu s’asseoir en tailleur durant l’intervention des prêtres tout en empêchant les garçons de gambader par terre.

La cérémonie s’est ensuite poursuivie avec plusieurs prières, la distribution d’offrandes faites aux dieux et les danses traditionnelles shinto. Le clou du spectacle ? La danse rei tai-sai où les enfants devaient mimer la plantation des pousses de riz autour d’une parcelle délimitée par un cordage. Tellement mignons que toute l’assistance souriait de plaisir devant leurs mimiques et maladresses !

cérémonie shinto au sanctuaire kumano hongu taisha

 

Je vous laisse sur ces belles images colorées. Mes prochains articles aborderont les sentiers de randonnées et les autres sanctuaires de Kumano sanzan. Alors pour ne rien rater, abonnez-vous au blog par mail ou suivez-moi sur les réseaux sociaux ! A bientôt !

 

sakura japon

 

Pour en savoir plus :

 

Pour retrouver facilement cet article, épinglez-le sur Pinterest !

 

5 commentaires sur “Festival au sanctuaire Kumano Hongu taisha

Laisser un commentaire