L'île de Shodoshima est très célébre pour la bande de sable Angel road, située juste à côté de Tonosho port.

Shodoshima, l’île méditerranéenne

J’avais repéré depuis longtemps l’île de Shodoshima pour ses gorges très réputées à l’automne, et je voulais absolument y rester une journée au cours de mon séjour consacré aux érables japonais. Mais je ne m’attendais pas à tomber autant sous son charme car l’île a énormément de choses à offrir : mer, montagne, climat méditerranéen… Panorama d’un site exceptionnel à plus d’un titre. 

 

Shodoshima… c’est où ?

Commençons par le commencement : où se trouve Shodoshima ? Située au cœur de la mer intérieure de Seto, entre Honshu et Shikoku, l’île est bien moins connue que ses consœurs Naoshima ou Teshima, mondialement célèbres pour leurs musées d’art moderne et pour leurs sculptures disséminées un peu partout (comme la citrouille jaune, œuvre de Yayoi Kusama). Pas facile d’ailleurs de trouver des informations en français pour la préparation du voyage. Heureusement, j’ai pu compter sur le blog Ogijima tenu par David qui habite la région, ainsi que sur le site web de l’office de tourisme assez complet.

Pour accéder à Shodoshima, j’ai choisi la simplicité en partant de la ville côtière de Takamatsu, située plus au Sud sur Shikoku. Des navettes tournent régulièrement en desservant plusieurs ports sur Shodoshima, ce qui laisse plus de latitude pour organiser sa journée sur place.

Bon à savoir : il n’est pas possible de réserver à l’avance les billets pour les navettes. Mon passage la veille au port aura été inutile, les tickets ne sont vendus que le jour même, seulement 20 minutes avant le départ 😕… Donc pas la peine de faire comme moi en arrivant au port aux aurores, profitez plutôt de votre oreiller, il est plus confortable que les chaises en plastique de la salle d’attente !

 

Angel road : le chemin des amoureux

J’ai débarqué au port de Tonosho après une petite heure de traversée. Le port est situé juste à côté de la « route des anges« , une bande de sable très célèbre qui apparaît seulement à marée basse. Selon les standards japonais, il n’y a pas plus romantique, et de nombreux couples viennent ici se témoigner leur amour. Attention, ce n’est pas de la rigolade, on doit être au minimum au stade des fiançailles 💍💖 ! L’amour sera définitivement scellé en faisant sonner la cloche en haut du promontoire surplombant la plage. On trouve aussi des coquilles Saint Jacques sur lesquelles les amoureux inscrivent leurs vœux au lieu d’utiliser les classiques plaquettes de bois traditionnelles… En y repensant, ce lien bande de sable / amour éternel est également présent à Amanohashidate, une station côtière au Nord de la préfecture de Kyoto au paysage similaire. Si quelqu’un connaît l’explication, j’aimerai bien comprendre pourquoi les Japonais associent mystérieusement ces deux éléments ensemble.

L'île de Shodoshima est très célébre pour la bande de sable Angel road, située juste à côté de Tonosho port.

Bon… je pense que je ne suis pas assez fleur bleue pour avoir ressenti l’ambiance magique de l’amour à Angel road 😅, je me suis donc contenté de la vue sur la mer, et rien que pour ça, le détour valait le coup. La balade sur la bande de sable était agréable et reposante : peu de monde, un soleil radieux qui annonçait une journée avec une température de 20°C pour un 17 novembre, le bruit des vagues… détente assurée ! Et surtout, les conditions étaient optimales pour jouer comme un gosse avec mon drone au-dessus de la mer, ce qui m’a permis de ramener quelques belles photos.

L'île de Shodoshima est très célébre pour la bande de sable Angel road, située juste à côté de Tonosho port.

L'île de Shodoshima est très célébre pour la bande de sable Angel road, située juste à côté de Tonosho port.

Conseil photo !
Vérifiez bien les horaires des marées pour venir à Angel road lorsque la mer est basse. A marée haute, la mer recouvre toute la bande de sable et vous ne la verrez pas ! (voir le lien en fin d’article)

 

Olive park : direction Athènes !

Deuxième curiosité de l’île de Shodoshima, les oliviers ! On en trouve vraiment partout : dans les jardins des particuliers, au pieds des arrêts de bus, sur les flancs des montagnes environnantes… Ils ont été implantés sur l’île en 1908, durant l’ère Meiji, car l’île de Shodoshima possède un climat unique au Japon qui est compatible avec la culture de l’olive et la production d’huile : ces plantations ne se retrouvent nulle part ailleurs !

A Olive park, on consacre même un petit musée aux oliviers. Les Japonais ont poussé à fond le concept du parc à thème (comme toujours), en construisant carrément un moulin blanc sur le modèle de ceux des îles des Cyclades, et une statue d’Athéna, clin d’œil à l’Antiquité et à l’île grecque de Milos avec laquelle Shodoshima est jumelée. Avec tous ces oliviers, je peux vous assurer qu’on a l’impression d’être revenu sur les côtes de la mer Méditerranée.

Shodoshima est une île de la mer de Seto très connue pour son olive park, ses oliviers, l'huile d'olive et son moulin blanc unique au Japon.

Shodoshima est une île de la mer de Seto très connue pour son olive park, ses oliviers, l'huile d'olive et son moulin blanc unique au Japon.

Le musée présente l’histoire des olives et leur implantation sur l’île. De ce que j’ai pu voir, le contenu est en japonais et je ne pense pas que j’aurai appris beaucoup de choses si j’étais resté. En revanche, la boutique souvenir était top car elle présentait plein de spécialités à base d’olives. Le parc met aussi gratuitement à disposition des visiteurs… des balais, pour rejouer la scène du film d’animation « Kiki la petite sorcière » produit par Hayao Miyazaki des studios Ghibli. On est libre d’emprunter un balai pour se prendre en photo en sautant en l’air devant le moulin, en imitant la petite sorcière. Bonne ambiance garantie ! Le compte Instagram du parc regorge d’ailleurs de centaines de posts de visiteurs qui s’essaient à l’exercice.

Les gorges de Kankakei, pour savourer les couleurs de l’automne

Je termine enfin ma journée en visitant les gorges de Kankakei, réputées à travers tout le Japon pour leurs feuilles d’automne. Le 17 novembre, on était encore en début de coloration et le bas de la montagne était encore vert (tabler sur la 2ème quinzaine de novembre pour être sûr).

L’accès à l’observatoire se fait par un téléphérique, mais il existe aussi des chemins de randonnées pour faire l’ascension à pieds. Le trajet en lui-même fait partie de la visite : on prend le temps de profiter de la vue époustouflante sur toute la géographie de l’île et d’admirer le dégradé des feuilles verte et orange qui évolue en fonction de l’altitude. La balade au sommet n’est pas très longue et ce n’est pas plus mal car je n’avais pas envie de marcher : simplement me poser et profiter des derniers rayons de soleil sur la mer.

Je crois que la descente était encore plus spectaculaire car on a une vue plongeante sur les vallées et sur la mer de Seto en arrière-plan. Avec la pénombre du soir, c’était magnifique !

Conseil photo !
En entrant dans le téléphérique, restez le long de la paroi latérale car les vitres sur le côté peuvent se baisser. Vous pouvez ainsi prendre de belles photos des gorges sans avoir de reflets !

 

Se déplacer sur l’île

Une fois sur place, l’île est très bien desservie en bus et vous pouvez facilement accéder à tous les sites touristiques, mais leur fréquence n’est pas énorme. Il faut compter de 1 à 3 bus maximum par heure selon les lignes. J’ai donc passé beaucoup de temps avant le voyage pour optimiser les trajets de bus, et caser le maximum de choses à voir en fonction des contraintes horaires. Le site de l’office met heureusement en ligne toutes les fiches horaires. Les pass à la journée sont vendus aux ports ou auprès du chauffeur (1000 Y la journée). Cela peut paraître onéreux mais ils sont très vite amortis car les trajets à l’unité coûtent vite très cher sur l’île (le prix est fonction de la distance entre les 2 arrêts).

J’avais imprimé toutes les fiches horaires, et je vous conseille de faire pareil car les panneaux aux arrêts ne sont pas encore tous traduits. Ils ne sont pas très compliqués à lire en japonais mais si vous préférez vous rassurer, mieux vaut avoir l’exemplaire en anglais avec vous.

Si votre permis de conduire est traduit en japonais, vous pouvez aussi louer une voiture à la journée. Vous serez moins contraints et il sera surtout possible de s’arrêter n’importe où sur la route pour prendre des photos (ça m’a vraiment manqué de ne pas pouvoir stopper le bus quand je le voulais 😁 !).

Télécharger gratuitement le planning de ma journée !

 

Shodoshima en vidéo !

Assez parlé ! Je vous invite à regarder ma vidéo sur l’île pour vous en donner un meilleur aperçu :

 

J’ai aujourd’hui encore un peu de mal à comprendre les raisons de l’abandon de Shodoshima par les guides touristiques car l’île offre des paysages uniques au Japon ! Ce premier aperçu d’une journée m’aura surtout donné l’envie d’y revenir pour aller voir ses temples dans la montagne et les rizières en terrasse, il y a encore tant de choses à voir !

Fin de cet article, le prochain sera consacré à la gastronomie de l’île… vous n’avez pas fini de m’entendre parler de Shodoshima !

 

En savoir plus :

Site de l’office de tourisme : http://shodoshima.or.jp/ml/ (anglais)

Pour vérifier les horaires des marées hautes et basses à Angel road : http://www.town.tonosho.kagawa.jp/kanko/tnks/info38.html (en japonais, mais se comprend très facilement avec google traduction)

Site de la compagnie de bus : http://shodoshima.or.jp/ml/bus/bus.html (anglais)

Site du téléphérique de Kankakei : http://www.kankakei.co.jp/ (japonais)

 

Cet article est écrit en partenariat avec l’office de tourisme de Shodoshima. Je n’en reste pas moins libre de mon jugement et de mon opinion.

 

Laisser un commentaire