kodai ji light up koyo

Le temple Kodai-ji et les ruelles de Kyoto

Je me suis replongé dans mes archives photos de Kyoto à l’occasion de la diffusion du 3ème épisode de notre podcast “Tabibito, voyageurs du Japon”. Je pensais vous en avoir déjà raconté beaucoup sur cette ville, mais j’avais oublié le superbe temple Kodai-ji et ses alentours. Vite, je rattrape cette erreur !

 

Le temple Kodai-ji, un vrai coup de cœur à Kyoto

La ville de Kyoto compte des centaines de temples et de jardins à découvrir mais pourtant, le Kodai-ji fait partie de ces adresses que j’ai visité à plusieurs reprises. Situé aux abords du très célèbre Kiyomizu dera, il ne bénéficie pas de la renommée internationale de son voisin ce qui permet de le préserver davantage des touristes, et c’est tant mieux !

Après avoir emprunté une longue allée en pente douce, le porche nous accueille enfin, en retrait par rapport à l’agitation de la ville. Plusieurs bâtiments harmonieusement implantés ceinturent de petits plans d’eau et un superbe jardin sec. L’espace n’est pas immense mais il fourmille de détails qui donnent envie de regarder dans tous les sens : tout est beau et délicat ! Pour vous imprégner au mieux du site, je vous recommande de vous asseoir sur le seuil de la véranda du pavillon principal, face au jardin, et de vous abandonnez à la paisibilité des lieux. Au printemps, je ne me lasse pas du tableau que dessine le cerisier pleureur dans le jardin.

pavillon principal kodai ji

 

En continuant la balade, on emprunte plusieurs chemins qui serpentent dans la colline, et même un corridor recouvert qui m’a fait pensé à l’immense couloir du Kibitsu jinja. Les derniers mètres nous conduisent à un plateau qui surplombe la ville. Une maison de thé antique en terre et toit de chaume domine tout le secteur. Plus loin, une bambouseraie me fait même de l’œil, encore une nouvelle surprise ! En redescendant, je prends le temps d’admirer la lumière rasante du soleil couchant, filtrée à travers les bambous. Décidément, il n’y a pas mieux que le Kodai-ji pour finir une journée de visite à Kyoto !

bambouseraie kodai ji kyoto

A plusieurs emplacements, des panneaux nous mettent en garde contre des attaques possibles… de sangliers ou de macaques 😲 ! Ce n’est pas une blague, a priori il arrive qu’ils descendent de la montagne pour investir le jardin. C’est tellement saugrenu d’imaginer ces bestioles ici qu’on s’est marrés toute la journée avec des blagues très recherchées du genre “regarde derrière le pin, c’est pas un sanglier ?”. Soyez sans crainte, vous risquez plus de vous fouler une cheville que de vous faire courser par une meute de marcassins.

warning sanglier et macaques japonais

 

Les illuminations au Kodai-ji : un incontournable

Vous le savez, je suis un fan inconditionnel des illuminations et des arts numériques avec en tête le musée teamLab Borderless de Tokyo. J’ai été servi au Kodai-ji car le temple organise des mises en lumière très réussies à plusieurs moments de l’année. Les photos qui suivent ont été prises en automne pour le koyo, lorsque les érables arboraient leurs plus belles teintes. De nuit, on a l’impression de visiter un tout autre endroit qu’on redécouvre totalement. Autre bonne idée : les graviers clairs du jardin sec et la porte en bois sont utilisés pour des séances de projections numériques particulièrement bien réussies ! Un nouvel arrêt sur la véranda s’impose pour admirer le spectacle.

kodai ji light up koyo

En pratique : visiter le Kodai-ji de nuit
Les dates varient tous les ans, je vous recommande donc de consulter la section “light up” du site officiel pour vérifier les périodes d’illumination. Sachez que vous ne pouvez pas visiter le temple en fin de journée et y rester pour attendre la nuit, il faudra ressortir et payer un nouveau ticket d’entrée mais ça vaut largement le coup. Enfin, inutile de prévoir un trépied pour les photos, ils sont interdits par mesure de sécurité pour éviter de trébucher dessus dans l’obscurité.

Je garderais surtout le souvenir de la rencontre fortuite d’un groupe de geishas accompagnant des clients en visite dans les jardins ce soir-là ! S’il est assez facile de voir ces femmes emblématiques de Kyoto déambuler dans les rues, elles travaillent la majeure partie du temps dans des établissements privés aux accès très encadrés. J’ai donc eu un instant de surprise, ne croyant pas vraiment à ce coup de chance. Nous étions à quelques mètres les uns des autres, enveloppés dans une pénombre qui leur offrait une certaine intimité et protection face aux photographes. Des visiteuses comme les autres ? Pas vraiment ! Leurs mouvements si fins et délicats volaient presque la vedette aux érables.

 

Le charme d’un quartier authentique

Si j’aime beaucoup le temple Kodai-ji, ce n’est pas que pour son enceinte en tant que telle mais aussi pour les ruelles des alentours qui ont gardé un charme incroyable. Les bâtiments de ce secteur de Higashiyama sont impeccablement bien conservés depuis l’ère Edo. Bon nombre d’entre eux abritent toujours des auberges traditionnelles luxueuses (ryokans), des maisons de thé ou des restaurants centenaires. Pourtant, de très nombreuses façades n’arborent aucun signe distinctif : sans symboles ni plaques, impossible de savoir si on peut entrer. Pour cela, il faut y être invité par un habitué des lieux. Les traditions de Kyoto sont toujours très bien gardées.

ruelle typique higashiyama proche kodai ji

 

Fin de l’article ! Vous pouvez prolonger la visite dans ce beau quartier de Higashiyama en écoutant l’épisode 3 de notre podcast qui lui est en partie dédié !

Je vous livre aussi quelques photos-bonus de cerisiers pour achever de vous convaincre 😉.

 

pagode kyoto

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur votre compte Pinterest avec une photo de l’article ou une épingle ci-dessous. Merci !

 

 

7 commentaires sur “Le temple Kodai-ji et les ruelles de Kyoto

  1. Après avoir entendu ta visite du temple dans le podcast, je viens voir les photos… et wow elles sont sublimes !
    J’étais passée aux abords du temple lors de ma visite du quartier, mais j’ai croisé tellement de temples sur ma route que je ne savais pas du tout lequel choisir, c’était assez perturbant… En tout cas, maintenant je sais que celui-là vaut le coup !

    1. Je suis entièrement d’accord avec toi, c’est parfois très difficile de savoir quelle porte pousser tellement il y a de temples, dont certains semblent confidentiels ! Mais vraiment la visite de nuit, c’est une super expérience, surtout que peu de touristes le savent/sont intéressés et les lieux sont relativement paisibles. Si tu as aimé la visite, je te recommande aussi le temple Komyo-in, un autre superbe coup de cœur à Kyoto, beaucoup plus petit et intimiste que celui-ci en revanche.

  2. Ooh, si tu savais, les sangliers descendent de la montagne dès que les gens se raréfient, en ce moment notamment. Et si tu es en possession d’un Bento, lâche l’affaire ! Une copine s’est faite mordre dans le Q un jour par une laie pour avoir trop regardé avec tendresse ses trois marcassins qui la suivaient ! Une autre a du abandonner son sac rempli de courses. Et ce en plein Kobe ! Le Japon, où se côtoient si intimement tradition et modernité, raffinement et sauvagerie 😉

    Sinon, moi aussi, j’aime bien le Kôdaiji !

    1. Nannnnnn j’hallucine !!! Je pensais que ce coup de l’alerte à l’attaque des sangliers était une légende urbaine, qu’il s’agissait plutôt d’un message de sur-prévention, et pas forcément d’une recommandation sérieuse ! Je penserai à toi la prochaine fois que je verrais un panneau, je ferai moins le malin ^^ !

Laisser un commentaire