hirayu onsen okuhida takayama alpes japonaises

Sources chaudes en altitude à Hirayu onsen !

Quand je prépare un voyage, j’organise systématiquement une étape « détente en couple » dans un onsen ♨ avec une nuit en ryokan pour profiter d’un moment de relaxation au cours du séjour. J’avais repéré depuis longtemps le village de Hirayu onsen, situé au cœur des Alpes japonaises dans la préfecture de Gifu : une excursion qui a largement dépassée mes espérances !

 

Okuhida onsen, la vallée aux 5 sources

Située à mi-chemin entre Takayama et Matsumoto, Okuhida onsen regroupe 5 localités réputées pour leurs sources chaudes naturelles : Hirayu onsen (mon premier choix), Fukuji, Shin-hirayu, Tochio et Shin-hotaka onsen. Le moyen de transport le plus pratique pour rallier le site reste le bus ou la voiture car aucune ligne de train JR ne la dessert à proximité. Okuhida onsen reste donc plus confidentielle que d’autres destinations, une bonne chose quand on recherche de l’authenticité 😉 !

La compagnie Nohi bus est à ma connaissance la seule à opérer dans la région. Elle relie d’Est en Ouest les villes de Matsumoto et de Takayama en faisant un passage à Hirayu onsen,  le premier village de Okuhida onsen (express bus : Takayama-Matsumoto line). Depuis cet arrêt de Hirayu, il est alors possible de s’enfoncer plus au Nord pour explorer les autres villages en prenant une ligne spéciale (route bus : Hirayu onsen – Shin-Hotaka line). Pour vous aider à y voir plus clair, je vous mets tout de suite une carte simplifiée et vous aurez comme d’habitude en fin d’article la carte dynamique de Google maps et tous les liens utiles pour retrouver les horaires de bus.

carte

 

Conseils pour se déplacer à Okuhida
Attention, la fréquence des bus parcourant les lignes à Okuhida onsen reste modeste (un bus par heure au maximum). Il est préférable de bien vérifier les grilles horaires avant votre séjour pour organiser au mieux votre journée sur place sans perdre de temps. Si vous êtes attendus à une heure précise pour le repas du soir à votre ryokan, arriver en retard est très mal vu.

Nous sommes partis de la gare routière de Matsumoto. J’étais passé la veille au soir pour acheter nos billets (2 370 yens / personne) mais il n’était bizarrement pas possible de les réserver à l’avance, l’achat devant se faire obligatoirement le jour du voyage. Dommage, car en partant à 7h50 le lendemain matin, quelques minutes de sommeil de plus n’auraient pas été inutiles… J’étais un peu réticent à l’idée de quitter le confortable et rassurant réseau de train pour voyager en bus mais tout s’est bien passé : ce n’est pas plus compliqué et tout aussi ponctuel.

La route sinueuse de montagne arborait de splendides couleurs d’automne en ce début novembre. A moyenne altitude, les teintes orangées et dorées recouvraient les monts alentours et scintillaient sous les rayons du matin, que c’était beau 😍. Je suis resté le nez collé à la vitre une bonne partie du trajet à contempler le spectacle, un peu déçu de ne pas avoir choisi de louer une voiture qui m’aurait permis de m’arrêter en chemin pour profiter davantage des paysages (✏ note pour plus tard : se programmer un futur road-trip en automne). Après 1h30 de trajet depuis Matsumoto, nous voilà arrivés à Hirayu onsen, porte d’entrée de Okuhida onsen, à presque 1000 mètres d’altitude… et 10 degrés de moins !

montagne japon érables automne

alpes japon altitude neige hirayu onsen bus terminal
Vue depuis le terminal de bus sur le village de Hirayu onsen avec les Alpes japonaises en arrière-plan.

 

Le programme ? Des onsens, rien que ça !

Arrivés à 9h30, il ne restait qu’à faire un passage au ryokan pour y déposer les affaires et repartir immédiatement pour commencer enfin la journée, placée sous le signe du repos et du barbotage ! J’avais d’abord repéré le onsen Hirayu-no-mori (500 yens), situé à 3 minutes à pieds de la gare routière. L’établissement est assez grand et bien implanté comme lieu de villégiature.

Après s’être lavé aux douches communes comme le veut l’usage, on accède entièrement nu à des bains intérieurs assez classiques dans un beau bâtiment en bois… avant de sortir… à l’extérieur ! Car tout l’intérêt de Okuhida réside dans sa quantité incroyable de rotenburo, des onsens naturels en plein air et en pleine nature ! Les espaces ont été simplement aménagés avec des pierres et un peu réorganisés pour créer de petites cascades au milieu de la forêt. A Hirayu-no-mori, j’ai pu profiter de plus de 7 bassins différents : certains avaient des dépôts de minéraux blancs en suspension dans l’eau, d’autres étaient limpides mais recouverts de couches d’oxydes de couleur ocre, d’autres encore étaient plus ou moins chauds et profonds. C’était un vrai plaisir de s’immerger le corps dans ces eaux chaudes tout en restant le buste à l’air libre, accoudé à un rocher à contempler les érables des alentours.

hirayu-no-mori-onsen-gifu

 

Le paradis est à Suimeikan Karukaya Sanso

Après un bol de ramen vite avalé à la gare routière, l’après-midi sera consacrée à un autre onsen rattaché à un ryokan de la zone de Tochio onsen (le 4ème village de la vallée de Okuhida onsen). Il faut reprendre le bus et descendre à l’arrêt H56 Karukaya, situé au milieu de nulle part en bordure de talus. Un petit escalier installé dans la pente permet d’atteindre en contrebas l’accueil du ryokan Suimeikan Karukaya Sanso qui fournit les serviettes avec le droit d’entrée (800 yens de mémoire).

Une partie seulement de ce onsen est accessible aux visiteurs en journée, alors que les pensionnaires du ryokan peuvent en profiter le soir après 19h et privatiser certains bains exclusifs en complément. Je n’ai pas peur des superlatifs : ce onsen est EXTRAORDINAIRE 😍😍😍, c’est le rotenburo le plus INCROYABLE que j’ai pu faire au Japon jusqu’à présent.

L’entrée est pourtant spartiate et ne met pas en valeur la petite merveille qui se cache derrière elle. Un modeste cabanon en bois à moitié rafistolé fait office de vestiaire. Mais après s’être déshabillés, voici un aperçu de ce qui nous attendait 👇 !

hirayu onsen okuhida takayama alpes japonaises

Ce onsen était immense (presque 500 mètres de long), à l’eau claire et avec une température parfaite. On passe de bains en bains en profitant de la vue sur les montagnes, tout en discutant quelques mots simples avec des habitants du coin, curieux et fiers de rencontrer des européens venus jusqu’ici. Je vous passe le descriptif de l’environnement, les photos parlent d’elles-mêmes : cascades, bassins en enfilade, rochers, feuilles d’érable et bise fraîche complètent ce tableau idyllique. J’ai même trouvé une grotte au fond de laquelle une source jaillissait : la vapeur restait confinée dans la cavité et créait un sauna 100% naturel !

Vestiaires à l’entrée du onsen

ryokan Suimeikan Karukaya Sanso hirayu onsen gifu prefecture

Conseils : prendre des photos dans un onsen
Par principe, il est strictement interdit de prendre des photos dans un onsen. Quand cela est possible, je demande toujours une autorisation a un responsable. A défaut, je retourne prendre des photos des bains quand ils se sont complètement vidés (aux heures des repas ou très tard le soir).

Notez bien qu’il s’agit de bains mixtes accueillant à la fois hommes (entièrement nus) et femmes (paréo ou grande serviette pour se couvrir davantage). C’est aujourd’hui très rare, car interdits depuis l’ère Meiji du fait de la volonté du Japon d’adopter une partie des codes occidentaux, dont la nudité ne fait pas vraiment partie.

 

Fin de journée à Hirayu onsen en ryokan

Le journée touche maintenant à sa fin et il est temps de rentrer en bus au ryokan Hiratakan situé dans le village de départ de Hirayu onsen. Cette auberge était d’un excellent rapport qualité/prix puisque la nuit pour deux personnes en chambre traditionnelle avec repas kaiseki et petit-déjeuner a coûté 180 € au total (soit 90 € par personne). C’est en général le prix pour une personne dans un établissement classique. Cet établissement familial est exploité presque exclusivement par un couple de propriétaires très attachant : je suis franchement admiratif de voir qu’ils arrivent à tenir leur ryokan avec si peu de bras pour les aider !

ryokan hiratakan hirayu onsen

La déco était assez vieillissante et les futons un peu minces, mais la qualité du repas était vraiment au top du raffinement, avec notamment un bœuf de Hida exquis (bœuf wagyu), cuit avec de la pâte de miso et des légumes locaux. Tous les plats étaient comme toujours très bien présentés. C’est toujours un petit moment de plaisir de découvrir ce ballet de bols, coupelles, assiettes qui arrivent dans un enchaînement parfaitement maîtrisé : un régal pour les yeux et les papilles 😋.

ryokan hiratakan hirayu onsen kaiseki course

 

Pour terminer la journée en beauté, rien de tel… qu’un dernier onsen (oui j’abuse !!!). Les bains du ryokan sont modestes mais suffisent à contenter ma soif d’eau chaude pour la journée.

 

Avant de vous quitter, je vous laisse en bonne compagnie avec cette vidéo d’Ichiban Japan qui présente un autre onsen de la région.

 

On arrive à la conclusion de cette excursion mémorable que je réitérerai dès que possible. Il y a encore pleins de onsens à découvrir et quelques visites à faire dans la région (parc aux ours, téléphérique de Shin-hotaka, circuits de rando) qui méritent largement une seconde visite.

Alors, convaincus de vaincre votre pudeur 😊 ?

 

Pour en savoir plus :

Compagnie de bus Nohi (site officiel) : https://www.nouhibus.co.jp/english/ (anglais)

Office de tourisme de Okuhida onsen (site officiel) : https://www.okuhida.or.jp/en/roten_catalog (anglais)

Ryokan et onsen Hiraki-no-mori (site officiel) : http://hirayunomori.co.jp/contents/english/ (anglais)

Ryokan et onsen Suimeikan Karukaya Sanso (site officiel) : https://www.karukaya.co.jp/fr-fr (français)

Ryokan Hiratakan (site de réservation) : https://www.japanican.com/en/hotel/detail/5471006/ (anglais)

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur Pinterest !

 

12 commentaires sur “Sources chaudes en altitude à Hirayu onsen !

  1. Les photos sont magnifiques. Pardon, je n’ai pas tout lu, mais comment fais-tu pour photographier à l’intérieur des onsen? Tu demandes une permission? Tu y vas à l’aube avant l’affluence?

    1. Oui, en principe je demande l’autorisation pour éviter les problèmes. Ici, ce n’était pas évident car il n’y avait personne au niveau du staff, les bains sont vraiment en pleine nature ! Du coup j’ai attendu que les bassins se vident vers 17h30-18h00, tout le monde ressortait pour aller dans son ryokan pour le repas.
      Sinon, pour les ryokans, en y allant très tard, il y a souvent personne. Par contre, se lever aux aurores n’est pas forcément une bonne idée car beaucoup de Japonais sont matinaux et il peut plus facilement y avoir du monde le matin (surtout des papys !).

  2. Bonjour
    Konichiwa
    Excellent reportage sur les onsen de Okuhida. J’ai fait tout ces onsen plusieurs fois pendant mes 10 années au japon, avec mes amis japonais passionnés de « konyoku ». J’y ai retrouvé l’atmosphère particulière des amoureux de la tradition des bains en compagnie des amis
    André

    1. Merci pour votre commentaire André ! C’est vrai qu’on le souligne assez peu, mais il y a une ambiance bien particulière dans ces bains où nouer contact avec les Japonais est très facile. Les codes tombent avec les vêtements ! La beauté de la nature et la détente qu’elle procure finissent de créer des instants inoubliables. Est-ce que vous auriez éventuellement des onsens à me recommander dans la région pour un prochain voyage ? (je profite d’avoir un expert sous la main ^^ !). Merci !

      1. Tu écris bien mais pour rentrer dans l’intimité des japonais il faut parler japonais et se faire accepter par un groupe en montrant ta capacité à respecter les codes sociaux locaux surtout quand on est nu. Impossible pour le touriste de passage car il faut être recommandé par un amis japonais qui est responsable de votre comportement auprès des membres du groupe.

        1. Même sans parler un japonais courant, j’ai trouvé que les gens étaient très ouverts dans cette région de onsens ! C’est pourquoi j’ai voulu faire cet article car au-delà de l’expérience liée aux bains, je garde de bons souvenirs de rencontres.

  3. Superbes photos, même au mobile ça passe super, et ta grotte sauna me fait super envie ! C’est rigolo, je suis passé à côté lundi dernier et j’ai hésité à m’y arrêter ! Maintenant je sais ce que j’ai raté 🙂 N’hésites pas à rajouter ce spot à Jipangu ^^

Laisser un commentaire