louer un pocket wifi pour accéder à internet et au web en voyage au japon

Internet au Japon : voyager avec ou sans pocket WiFi ?

Depuis qu’Internet existe, voyager n’a jamais été aussi simple, et c’est particulièrement vrai au Japon. Se repérer, réserver une chambre, trouver un restaurant : on est tous devenus dépendants du web à tel point qu’un séjour sans connexion est difficile à envisager. Rassurez-vous, je suis comme vous 😄 ! Dans cet article, je vous présente deux méthodes pour rester en ligne : la version radin et la version confort, à vous de choisir !

 

Internet gratuit au Japon : mes premiers voyages en mode « système D »

Eviter le hors forfait

Avant de commencer à parler d’Internet gratuit, parlons d’abord de hors forfait ! Pour éviter une mauvaise surprise sur la facture au retour, il faut bien penser à désactiver ses accès aux réseaux 4G (carré orange sur la photo). Avec mon opérateur Bouygues télécom, le tarif de l’Internet mobile est de 10 €/Mo 😱, avec un maximum de 60 € de dépassement. Autant dire que la moindre connexion d’une appli en tâche de fond fait péter le plafond en quelques minutes. Je vous conseille donc de couper vos accès dès votre départ en France pour être tranquille.

Connexion le soir, la solution de facilité

La première possibilité consiste à se connecter au réseau de votre hôtel ou de votre appartement (ça c’est de l’info !). La qualité du débit est généralement excellente et vous pourrez sans problème vous reposer dans votre lit tout en surfant sur le web. Si vous louez un logement Airbnb, les hôtes mettent souvent à disposition des accès WiFi avec des débits bridés. En effet, le coût des forfaits internet est très cher au Japon (presque le triple de la France), et les propriétaires n’investissent pas toujours dans les packs les plus onéreux. Si vous louez le logement en fin de mois, il est fort probable que les précédents locataires aient déjà épuisé tout le forfait… Après avoir eu 3 mauvaises expériences de ce genre, je vous recommande de bien lire les commentaires du logement Airbnb pour vérifier la qualité de la connexion. Dans le doute, considérez que vous n’avez pas de réseau avec votre logement.

Sympa ce logement Airbnb dans une ancienne machiya ! Dommage que le pocket WiFi promis ne fonctionne pas.

Profiter du foisonnement des hotspots gratuits au Japon

Autre moyen d’accéder à de l’Internet pas cher : les hotspots WiFi qui pullulent partout en ville. On en retrouve dans toutes les stations de métro, les principales gares, de nombreux lieux touristiques, dans les centres commerciaux, et même des temples. Certaines rues ou quartiers entiers sont même équipés de réseaux municipaux ! Autre lieu incontournable de rendez-vous, le konbini, la supérette de quartier. La chaîne 7eleven dispose de son propre réseau (7spot). Si on rajoute à ça les points WiFi des grandes enseignes de restaurants et cafés (Mac Do, Starbucks…) mais aussi de plus en plus d’établissements indépendants qui proposent ce service, on obtient des villes japonaises littéralement quadrillées par des accès web gratuits.

free wifi solamachi skytree town
Le centre commercial Solamachi sous la tour Tokyo Skytree est entièrement couvert par un réseau WiFi gratuit

Seul bémol, la qualité de la liaison n’est pas toujours au top. Certains points d’accès frisent plus avec le modem 52 kbits de mon adolescence qu’un réseau 4G digne de ce nom. Il faut également s’identifier à chaque fois en indiquant son adresse mail et accepter les conditions d’utilisation. Ce n’est pas compliqué (copies d’écran ci-dessous) mais ça devient vite lourdingue quand il s’agit de se connecter à plusieurs réseaux différents dans une même journée.

 

L’Internet gratuit au Japon, pour quel usage ?

Au cours de mes premiers voyages, je m’en suis toujours plus ou moins sorti car :

  • 🤓 je suis un psychopathe de l’organisation et du tableau Excel avec des plans A, B et… C. Dans cette optique, pas besoin de consulter Google sur place pour savoir quoi faire de ma journée. Je prépare également bien en avance mes trajets, je cherche les horaires des transports pour être indépendant au maximum.
  • 🍴 je n’ai pas le réflexe de consulter tripadvisor en permanence pour trouver un bon resto. En principe, je me laisse porter par la vitrine et les odeurs, c’est largement suffisant pour faire d’excellentes découvertes culinaires.
  • 🌍 pour me repérer, j’utilise l’application gratuite MAPS.ME qui permet de se localiser sans connexion car l’appli permet de télécharger à l’avance les tracés des cartes dans la mémoire de son téléphone (au contraire de Google Maps qui nécessite forcément un accès Internet).

Cette solution d’accès dépanne : elle reste adaptée pour les voyageurs qui préparent à fond leur circuit ou pour ceux qui fonctionnent à l’ancienne avec des cartes et guides papier. Mais depuis, j’ai goûté au pocket WiFi, et ça change tout !

 

Louer un pocket WiFi au Japon : un indispensable !

Le pocket WiFi, qu’est-ce que c’est ?

Le pocket WiFi est un boîtier qui se connecte au réseau mobile du Japon, et émet en retour un signal WiFi que vous pouvez capter. C’est ni plus ni moins qu’un petit modem de poche que vous allez emporter avec vous. Et je peux vous dire que ça change tout ! Plus besoin d’errer dans la ville comme un zombie pour trouver un konbini et choper une connexion gratuite. L’appareil tient dans la poche et dispose de sa propre batterie (bien penser à la recharger la nuit pour ne pas être à sec le lendemain 😇). Plusieurs personnes peuvent également se connecter dessus sans soucis, c’est vraiment pratique quand on voyage en groupe ou en famille. Lors de mon dernier séjour au printemps, j’ai eu l’occasion de tester un pocket WiFi en partenariat avec l’agence Keikaku.

louer un pocket wifi pour accéder à internet et au web en voyage au japon

Mon expérience avec un pocket WiFi

Je ne vais pas vous mentir : après avoir goûté ce petit confort, je me vois mal m’en passer sur mes prochains séjours. D’abord, parce que le service de Keikaku est vraiment au top. J’ai déjà pour habitude de commander tous mes JR pass auprès de cette agence pour leur sérieux et les petits plus à la réservation, et j’ai retrouvé la même qualité de service avec leur location de pocket WiFi.

L’agence se démarque une nouvelle fois d’autres opérateurs en livrant le pocket WiFi directement à votre hôtel le jour de votre arrivée : un vrai plus. Pas besoin de courir ou de faire la queue dans un bureau à l’aéroport, l’appareil vous attendra bien sagement au comptoir de votre hébergement. Au moment du départ, idem, tout est bien pensé. Une enveloppe-retour prépayée est jointe au colis : il suffit alors d’y glisser le pocket WiFi avec son chargeur et de la glisser dans la première boîte aux lettres qui passe, ou de demander à la réception de votre dernier hôtel de la poster pour vous. Simplissime !

J’avais pris l’option « batterie externe » (sacoche et boitier bleu) qui ne m’a pas trop servi pour le pocket Wifi car la batterie tient bien le coup (dans les 25% de charge en fin de journée). Par contre, la batterie externe m’a été bien utile pour redonner du peps à mon Samsung S6 qui se décharge trop vite à mon goût.

Optimiser les trajets en train

Au niveau de la connexion, j’ai toujours eu un débit excellent dans les grandes villes. Le pocket capte également dans le métro comme en plein air, et tout le long des lignes de train ou de shinkansen qu’on a pu emprunter (sauf dans les tunnels !). C’était vraiment agréable de pouvoir se détendre dans son siège devant un épisode Netflix ou une vidéo YouTube, surtout lorsque le voyage se fait de nuit et qu’il n’y a rien à voir par la fenêtre. J’ai pu pour la première fois optimiser ces « temps morts » dans les transports pour prendre le temps de publier sur les réseaux sociaux et de donner des nouvelles plus régulièrement à la famille via WhatsApp. Avec une simple connexion à l’hôtel en fin de journée, on est souvent crevés et on n’a pas le courage d’envoyer un petit message.

Les voyages en train à travers la campagne japonaise peuvent être parfois très monotones, comme ici entre Nagoya et Ise.

Dans la campagne japonaise, idem, le réseau était bon mais se révélait un peu plus capricieux dans les coins plus reculés de la préfecture de Wakayama. Il nous est arrivé d’avoir des pertes de signal ou un débit plus faible mais rien de surprenant vu le peu d’habitants au kilomètre carré. Dès qu’on se rapprochait d’un village, le pocket WiFi se reconnectait immédiatement. Rien de bien méchant donc et globalement une couverture réseau qui tient la route en campagne.

Le pocket WiFi souffrait un peu plus sur les sentiers de randonnée de Wakayama mais pas de soucis à l’approche du moindre hameau.

Donner des news en live

Même si je ne suis pas un accroc aux réseaux sociaux (juste ce qu’il faut 😊), j’avoue que j’ai énormément apprécié le confort du pocket WiFi sur ce voyage pour partager nos découvertes en live avec vous, chers abonnés. J’ai beaucoup publié de stories Instagram et c’était un vrai plaisir d’échanger avec vous en recevant vos commentaires en direct.

L’un des moments les plus marquants aura été la visite du sanctuaire d’Ise. Ce jour-là, l’empereur Akihito y faisait son dernier déplacement avant d’abdiquer pour laisser le trône à son fils. On a eu la chance de lui faire un dernier petit coucou sur le bord de la route avant d’entrer dans la nouvelle ère impériale Reiwa. Et grâce au pocket WiFi, j’ai pu partager ce moment aux premières loges en direct avec vous (j’ai même grillé BFM TV sur ce coup-là 😎). Pas indispensable… mais carrément sympa !

 

Créer plus d’interactions avec les Japonais

On est loin d’être bilingues anglophones et on a toujours du mal à tenir une conversation simple en japonais même si ça va de mieux en mieux. Avec le pocket WiFi, on a pu pour la première fois briser davantage la barrière de la langue en utilisant l’appli Google traduction pour des traductions instantanées. Même si les algorithmes ne sont pas encore parfaits, ils permettent de sauver les meubles et de se faire comprendre globalement. Je n’oublierai pas cette discussion complètement inattendue avec une japonaise fan de courses hippiques dans un café de Tokyo. Ou encore cette soirée mémorable dans notre izakaya préféré à Osaka !

Autre utilité de l’application : la traduction des panneaux et des étiquettes. Il suffit de prendre une photo pour que l’appli déchiffre le tout. C’est loin d’être parfait et on se paye parfois de bonnes barres de rire, comme avec cette traduction d’un plat sur la carte d’un restaurant : « bébé qui suce – 670 yens » 😅. Evidemment j’ai commandé… une soupe miso avec des petites palourdes ! En principe, on retrouve globalement le sens de la phrase (en principe !), et ça m’a déjà sauvé la vie sur des panneaux horaires de bus écrits tout en kanjis sur l’île de Shodoshima. Dès qu’on s’éloigne un peu des grandes agglomérations, cet outil de traduction est un énorme plus.

 

Bilan : location d’un pocket WiFi : dans quel cas est-ce utile ?

Petit résumé des points à retenir :

  • ☯ si vous voulez vous sentir rassurés, pas de doute, le pocket WiFi est indispensable : consulter les horaires de trains en direct, la météo, rechercher votre trajet sur Google maps ou trouver un restaurant bien noté autour de vous, rien de plus simple,
  • 💬 si vous ne parlez pas suffisamment bien japonais ou anglais et que vous voulez vous faire mieux comprendre, ou engager des discussions et faire des rencontres avec des locaux, vous pourrez discuter en direct avec l’appli Google traduction,
  • 🌄 si vous voyagez en dehors des grandes zones touristiques, le pocket WiFi sera également d’une grande utilité pour rechercher des horaires ou traduire des panneaux de kanjis,
  • 👪 pour rester connecté avec la famille et pour partager votre séjour sur les réseaux sociaux.

C’est évidemment une petite somme à rajouter sur le séjour (entre 5 € et 10 € par jour en fonction de la saison et du nombre de jours de location), mais qui vous permettra de voyager sereinement et d’explorer le Japon plus en profondeur.

 

On arrive à la fin de ce guide sur le pocket WiFi au Japon. J’espère qu’il vous aidera à mieux préparer votre voyage et à faire votre choix. Si vous avez d’autres questions ou si vous voulez parler de votre expérience avec un pocket WiFi, n’hésitez pas à le dire dans les commentaires !

Cet article est écrit en partenariat avec l’agence Keikaku. Je n’en reste pas moins libre de mon jugement et de mon opinion.

 

Vous avez aimé ce guide ?
Découvrez de nouveaux CONSEILS dans mon GUIDE pour BIEN CHOISIR son JR PASS

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur Pinterest !

8 commentaires sur “Internet au Japon : voyager avec ou sans pocket WiFi ?

    1. Bonjour,

      Google maps possède bien un mode hors-ligne mais il n’est pas utilisable sur les cartes de certains pays dont le Japon fait partie. D’où l’utilité du pocket WiFi ou de l’utilsation de MAPS.ME pour des consultations offline.

  1. Très bon article, avec des informations très complètes sur le Pocket WiFi.
    Cela dit, je trouve cela dommage que tu ne parles pas de moyens alternatifs comme la carte SIM de données, en les comparant et en mettant en avant les avantages de l’un et de l’autre, selon le type de voyageur/groupe, l’utilisation qu’on en fait, etc.

    1. Oui effectivement on pourrait compléter l’article avec une troisième partie sur les cartes SIM. Mais comme je n’ai pas encore eu l’occasion de tester cette solution de connexion, j’ai préféré ne pas en parler car je ne pourrais pas être très pertinent. Donc merci pour ton commentaire qui vient repréciser toutes les possibilités de connexion web quand on est en voyage au Japon ! Est-ce que tu as déjà testé personnellement ? Mon téléphone n’a pas d’emplacement pour des double SIM et me connaissant, je suis fichu de perdre ma SIM française en faisant le changement 😁.

  2. Bonjour, Je pars en aout en famille pour la 1ere fois au Japon (parents et deux jeunes adultes – 21 et 18 ans) et je souhaite avoir ton avis : Un seul pocket wifi pour tous ou au moins 2 pour 4 ? Ou alors carrément un chacun ? Merci d’avance !

    1. Bonjour Pao,

      Nous étions connectés à 3 personnes sur le Pocket WiFide de Keikaku et on n’a jamais eu de soucis avec la liaison (réseaux sociaux, YouTube et même Netflix en même temps un soir à Tokyo). La connexion passait sans problème à travers les cloisons des chambres.

      Les Pockets sont annoncés avec une connexion simultanée de 10 appareils donc je pense que ça passe largement à 4 vue mon expérience, un Pocket suffit et ce sera plus économique.

      Par contre, si vous avez prévu de voyager séparément certains jours, il vaut mieux avoir 2 appareils car la portée est limitée à quelques dizaines de mètres.

      Bon voyage !

Laisser un commentaire