Visiter le mont Koya de nuit

Après une première visite particulièrement marquante du mont Koya en 2015 pour son 1200ème anniversaire, l’idée d’y remettre les pieds un jour m’est toujours restée dans un coin de la tête. Avec ce nouveau voyage au printemps et cette escapade d’une semaine dans la préfecture de Wakayama, c’était chose faite ! Cette fois-ci, nous avons testé la balade nocturne au cœur du cimetière millénaire Okunoin, accompagnés par les esprits de la forêt…

 

Une nuit au mont Koya

Les activités à destination des touristes à Koyasan se sont considérablement développées depuis quelques années. Il faut dire qu’avec une population japonaise déclinante, il est bien difficile d’entretenir et de maintenir en état les centaines de temples de ce petit coin perché dans la montagne. Les voyages religieux historiques des Japonais font donc de plus en plus de place aux séjours touristiques d’étrangers. Parmi ces nouvelles attractions, on a choisi de tester la visite de nuit du cimetière Okunoin, guidée par un moine. Ce cimetière, incroyable de jour, devait l’être tout autant la nuit avec ses lanternes de pierre… Avant de se lancer, une petite pause s’impose dans notre chambre du temple Henjoson-in : quel raffinement !

henjoson-in shukubo koyasan temple lodging

Comme souvent au mont Koya, le dîner est servi très tôt à 18h, dans une salle commune. Composé uniquement de produits végétaux, nous mangeons ce soir selon le style shojin ryori, la cuisine traditionnelle des moines bouddhistes. Certaines saveurs sont assez surprenantes (on a testé la fougère !), mais le tout était globalement très bon et presque trop copieux. Chaque petit plat est un ravissement pour l’œil, ce qui a toujours le don de me mettre en appétit.

repas végétarien temple mont koya

 

Se promener le soir dans le cimetière Okunoin

Bien repus, nous avons rejoint sans tarder le point de rendez-vous fixé à 19h00 devant le temple Ekoin, à proximité de l’entrée du cimetière. La balade digestive ne va pas faire de mal !

C’est ce temple qui organise la sortie mais il n’est pas nécessaire d’y passer la nuit pour autant, on peut très bien loger ailleurs sur le mont Koya. En revanche, cela demande un peu d’organisation pour arriver sur place.

Bien choisir son hébergement pour visiter le mont Koya de nuit
Les visites guidées sont programmées entre l’heure du repas (en moyenne à partir de 18h selon les temples) et l’heure de fermeture des bains de votre temple (aux alentours de 22h en général). Si vous ne logez pas au temple Ekoin, il faudra réussir à manger, venir à pieds pour les plus proches ou prendre un bus (une ou deux navettes seulement par heure), faire la balade puis rentrer assez vite pour se laver (les bains sont fermés le matin). Autant dire que cette bonne idée de sortie peut vite se transformer en course contre-la-montre. Je vous recommande donc de loger au temple Ekoin ou dans un temple tout proche pour profiter sereinement de la soirée si vous n’avez pas de voiture de location.

ombres chinoises fusuma

Avant de partir, nos guides font l’appel pour vérifier les présents. Premier constat, un anglais impeccable et très clair, sans accent, facile à comprendre à partir du moment où on maîtrise les bases de la langue de Shakespeare. Je suis plutôt rassuré car je craignais de ne pas bien comprendre les explications si le niveau avait été trop pointu. Nous sommes alors séparés en deux groupes d’environ 30 personnes. On s’est évidemment arrangés pour faire partie du premier groupe pour fouler en tête le chemin pavé sous les cèdres centenaires 😄. Le second groupe a attendu avant de démarrer si bien qu’on ne le voyait pas derrière nous, ce qui nous a assuré une visite en toute tranquillité.

visite guidée du mont koya de nuit okunoin

Nous sommes donc partis pour une balade d’1h30, ponctuée par des arrêts réguliers à des points d’intérêts détaillés par notre guide. Il avait à cœur que tous les participants comprennent bien ses explications, et rythmait sa présentation d’anecdotes amusantes (se marrer de nuit dans un cimetière : check !). Entre chaque étape, il promenait sa torche dans les arbres et sur les stèles pour orienter nos regards. C’était une bonne idée mais l’effet du groupe atténuait le côté sinistre et mystique, et j’ai rapidement compris que le niveau des explications ne dépasserait pas le contenu de mon guide du Routard. Très vite, j’ai ressenti le besoin de laisser filer le groupe en avant pour davantage m’isoler, ressentir l’ambiance du cimetière dans la pénombre, et prendre des photos en entendant seulement mon déclencheur et les corbeaux. Bon… je vous avoue que je suis un peu déçu de mes photos qui ne retranscrivent pas bien le moment.

cimetière okunoin koya by night

escalier pierre lanterne mon koya

Arrivés au mausolée du moine Kukai, fondateur de Koyasan, notre guide a entamé une prière devant l’autel sacré en nous invitant à nous joindre à lui. Entourés par un silence de plomb, les sutras se propageaient dans la nuit et résonnaient avec puissance en nous. Moment privilégié dans une nature incroyable, mêlée aux croyances des hommes. La sortie se termine alors ici et nous laisse comme en apesanteur, sans photo -souvenir car elles étaient interdites, et c’est très bien comme ça. Je n’oublierai pas cette étape finale très impressionnante !

 

Levé aux aurores au temple Henjoson-in

Après un bon sommeil réparateur sur des futons de qualité (important à noter car ce n’est pas le cas partout), nous étions attendus à 6h00 pour accompagner nos hôtes pour la prière matinale. La salle n’était pas vraiment chauffée et je me suis félicité d’avoir mis plusieurs couches de chaussettes et pris mon manteau épais (avec la tête encore endormie du réveil, c’était trop la classe ! Non, la photo preuve ne sera jamais publiée dans cet article 😆). Le moine supérieur (enfin, j’imagine que c’était lui) ne s’est pas épanché trop longtemps en prières, il a surtout pris le temps de nous présenter en japonais toutes les amulettes et services du temple, ainsi que les nombreux points d’offrandes disséminés un peu partout. D’ailleurs, pour être certains de ne pas les louper, nous avons entamé un mini-pèlerinage fictif qui consistait à marcher sur des morceaux de tissus portant le nom des 88 temples de Shikoku, nous amenant habillement devant plusieurs troncs où il était facile de déposer des piécettes…

prière moine bouddhiste mont koya

Après cette promenade davantage mercantile que spirituelle, le retour dans la salle à manger chauffée était bienvenue. Au menu : un bon petit déjeuner là-encore végétarien ! Si je conseille à 100% ce temple pour la qualité des chambres et du repas, vous pouvez en revanche zapper la prière matinale en dormant quelques minutes de plus. Pour une ambiance plus spirituelle, je vous invite plutôt à réserver votre nuit à Koyasan dans le temple Ichijoin

Une nouvelle matinée s’annonce, elle aura pour but de suivre nos traces empruntées lors de notre premier voyage en 2015, de se remémorer ces lieux incroyablement photogéniques en prenant notre temps. Je vous laisse avec quelques photos prises ça et là… en attendant un troisième séjour au mont Koya 😉.

lanternes or koyasan

 

Cette nouvelle excursion au mont Koya n’aura fait que confirmer mon attrait pour ce haut-lieu du bouddhisme japonais. La balade dans le cimetière Okunoin tout comme la prière finale permettent de profiter de l’endroit sans les visiteurs de la journée, avec une touche de spiritualité en plus. 

 

Pour en savoir plus :

 

Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest !

 

Cet article a été écrit en partenariat avec la préfecture de Wakayama. Je n’en reste pas moins libre de mon jugement et de mon opinion.

 

4 commentaires sur “Visiter le mont Koya de nuit

  1. J’avais visité le cimetière Okunoin de jour pendant la saison des pluies et l’ambiance était déjà mystique, alors de nuit… ça doit être génial. C’est dommage que les explications ne soient pas plus poussées, mais ça doit quand même être sympa de faire la visite avec un moine. J’hésite de plus en plus à revenir au Mont Kôya pour dormir dans un temple, histoire de mieux appréhender le charme du lieu… En tout cas merci pour ce bel article et pour la découverte 🙂 (j’ai cru voir un totoro sur les photos…hihi)

    1. Oh tu as l’oeil ! Oui effectivement il y a un Totoro sur un autel (l’argument ultime pour t’inciter à donner une pièce en donation au temple XD). Je trouve que passer une nuit à Koyasan rajoute vraiment une expérience en plus, surtout avec la prière du matin (et la prière dans le cimetière de nuit en plus). C’est l’avantage d’un ryokan avec la spiritualité en plus.

  2. Vraiment sympa cette visite nocturne, ça doit vraiment être quelque chose ! Dommage que le contenu ne soit pas plus développé du coup… mais voyons le bon côté des choses : au moins ça t’aura permis de t’éloigner un peu du groupe pour t’imprégner de l’ambiance 🙂
    J’ai bien aimé Koyasan moi aussi, il faudra que je finisse un jour le récit de mon premier voyage pour enfin en parler lol Tes photos sont très chouettes en tout cas 😉

    1. Merci pour ton commentaire, je t’avoue que j’étais un peu déçu par les photos : pas pris mon trépied donc difficile d’avoir quelque chose de bien net sans trop forcer dans les ISO. Les conditions de lumière étaient difficiles et je trouve qu’elles ne rendent pas du tout hommage à l’ambiance des lieux que j’ai pu ressentir sur place dans le cimetière. A faire en hiver sous la neige, ça doit être super également !

Laisser un commentaire