panorama sur la tokyo tower dpanorama sur la tokyo tower depuis le seaside top observatory à Minato

Prendre de la hauteur dans la baie de Tokyo

Que faire à Tokyo par une belle journée de printemps avec un ciel dégagé ? Combiner un observatoire et un jardin avec des cerisiers pardi ! Direction le Seaside top observatory, un observatoire ancré en bordure de la baie de Tokyo.

 

Seaside top observatory : un panorama grandiose sur le quartier de Minato

J’ai trouvé l’adresse de cet observatoire un peu par hasard en me perdant dans les méandres d’Internet, installé un soir devant mon ordinateur avec un thé (et un gentil chat pot de colle sur les genoux). Difficile de trouver beaucoup d’informations sur ce lieu car il est complètement ignoré des guides touristiques : je n’ai donc pas hésité longtemps à l’inscrire sur ma liste des choses à faire lors de notre dernier séjour. Ce fut une bonne idée qui n’a fait que se confirmer lors de la visite. Celle-ci nous aura occupés une bonne demie-journée, en prenant notre temps.

Fléchée de manière assez discrète, l’entrée du Seaside top observatory se trouve à l’intérieur de la tour dénommée “World trade center building“. Il faut entrer à l’intérieur du hall principal pour trouver les indications qui conduisent devant un comptoir.

Après avoir payé notre ticket (620 yens), nous nous sommes dirigés devant un ascenseur qui nous projettera en quelques secondes au 40ème étage à 150 mètres au-dessus du sol. Mon petit plaisir : savourer cet instant où les portes s’ouvrent, et découvrir le grand panorama qui s’étale devant nos yeux. Et j’ai été comblé au niveau du spectacle ici, la vue sur le quartier de Minato est saisissante 😯 !

panorama de jour au seaside top observatory à Minato

Avec de grandes baies vitrées recouvrant presque intégralement la façade, la sensation d’immersion est plus importante que dans d’autres observatoires. Un couloir circulaire fait le tour complet de la tour, ce qui permet d’observer la zone à 360 degrés. Même si des immeubles attenants coupent parfois la ligne d’horizon, on reste saisis par le spectacle. J’ai pris le temps de m’asseoir à une table pour regarder le ballet incessant des trains qui circulaient en contrebas : lignes de banlieue et shinkansen se croisaient avec une fréquence fascinante. J’ai retrouvé les étoiles que j’avais dans les yeux étant gamin, lorsque mes parents m’emmenaient voir des expositions de modélisme ferroviaire organisées par des associations de collectionneurs 🚂. Dommage que cet instant n’ait pas pu s’accompagner d’un thé ou d’un café, un bar aurait trouvé sa place ici.

En continuant notre petit tour, on salue comme il se doit la Tokyo Skytree au loin, notre chouchoute. La fin du parcours nous amène enfin au moment tant attendu : une vue dégagée sur la Tokyo tower. Vraiment superbe de jour, cette vue vaut à elle seule le déplacement ! Je me dis qu’un passage en fin de journée avec le soleil couchant et les lumières de la ville qui s’allument petit à petit ne doit pas être mal non plus (une bonne excuse pour y revenir plus tard).

panorama sur la tokyo tower dpanorama sur la tokyo tower depuis le seaside top observatory à Minato

mori tower depuis le seaside top observatory

vue aérienne du temple zojoji

Autre découverte : un jardin japonais en contrebas… et avec des massifs de cerisiers en fleurs en plus… ce sera notre prochaine étape !

 

Conseils photo
Pour éviter les vilains reflets sur les vitres, il faut littéralement coller l’objectif sur la paroi vitrée. N’oubliez pas de vérifier votre photo car l’appareil peut avoir tendance à faire la mise au point sur les salissures du verre extérieur, et non pas sur le paysage à photographier.

 

Un bon plan pour manger à petit prix

Mais avant de poursuivre la journée, une pause s’impose. Le quartier faisant partie des grands centres d’affaires de Tokyo, on n’aura pas de mal à trouver où manger. Car qui dit salariés en nombre dit… grosse offre de restauration. C’est peu connu mais ces tours remplies d’hommes d’affaires cachent souvent des bons plans pour manger le midi à petit prix. En sortant de l’observatoire, un rapide coup d’œil sur le plan du building nous a conduit en sous-sol à l’espace “Food garden” où on avait l’embarras du choix. L’étage entier est occupé par des restaurants qui servent de cantines d’entreprises aux sociétés installées dans les étages. On dénotait un peu dans le paysage avec nos sacs à dos et nos vestes Quechua au milieu de tous ces tailleurs et costumes cravates, mais nous n’étions pas mal à l’aise pour autant et les serveurs nous ont très bien reçus. Je vous laisse jeter un oeil aux tarifs… dérisoires !

Il suffit de prendre un plateau à l’entrée, commander son menu, puis se servir en complément si on veut compléter le menu par des salades, brochettes, légumes frits… Servis, installés et encaissés en moins de 5 minutes chrono malgré beaucoup de monde, l’organisation était bien rodée. Dans l’assiette, on avait une cuisine simple mais excellente qui donnait envie de tout tester !

bol udon aux crevettes grises

 

Balade digestive au jardin de Kyu-Shiba-rykyu

Evidemment, comme ce n’était pas cher du tout, on a un peu abusé sur la commande 😅. Pour se remettre de ce repas irraisonnable, nous nous sommes dirigés vers le jardin Kyu-Shiba-rykyu que nous avions repéré depuis le haut de la tour. Construit à l’époque Edo, ce parc hérité du clan des Tokugawa est voisin du jardin Hama-Rikyu que nous avions déjà visité lors d’un précédent voyage.

En entrant dans le jardin (150 yens par personne), on est d’abord surpris par le calme qui contraste avec l’animation du quartier. L’étang central offre un beau sentier de balade qui passe par plusieurs îles artificielles reliées entre elles par des rochers. Même s’il est aujourd’hui encerclé par de hauts buildings, la perspective reste agréable et les bâtiments ne dénaturent pas le lieu.

jardin kyu shiba rikyu à tokyo, minato

En ce début de mois d’avril, les cerisiers égayaient le jardin. Un massif de sakuras nous tendait les bras, sans (presque) aucun autre visiteur ni vilaine perche à selfie autour de nous ! Tout semblait beau : les branches qui s’entremêlaient pour former une belle voûte de dentelle, le détail des pétales, la vue sur la ville en arrière-plan. Quelle chance de pouvoir profiter ainsi des fleurs 🌸 ! Je pense qu’il n’y avait qu’une trentaine de cerisiers mais ils étaient suffisamment espacés pour créer une zone plus spacieuse qu’elle ne l’était en réalité. Bilan des courses : mieux vaut un petit spot de sakuras rien que pour soi plutôt qu’un grand parc bondé.

parc sakura cerisier japonais tokyo au printemps

détail zoom fleur de cerisier japonais à tokyo

 

Conclusion et fin de cet article : le Seaside top observatory est une étape très agréable lors d’un voyage à Tokyo au printemps. De quoi passer quelques heures en apesanteur avant de rejoindre Odaiba pour finir la journée.

 

Pour en savoir plus :

 

Cet article peut vous être utile ? N’oubliez pas de l’épingler dans un tableau sur Pinterest pour le retrouvez plus facilement !

 

Laisser un commentaire