Les cerisiers du parc Shinjuku gyoen

Il nous en aura fallu du temps avant d’entrer dans ce parc ! Après deux essais ratés sur de précédents voyages (l’un en se présentant un jour de fermeture, l’autre impossible à cause de moustiques porteurs de dengue), la troisième tentative de visite du parc Shinjuku gyoen sera finalement la bonne. Et comme prévu, ce fut une superbe balade sous les fleurs de cerisiers. 

 

Pourquoi le Shinjuku gyoen est un incontournable au printemps ?

1 – Un parc immense

Le parc Shinjuku gyoen fait partie des grands poumons verts de la capitale. Avec une superficie record de 58 hectares et un périmètre de 3,5 km, il offre une surface si vaste que les balades restent agréables, même lorsqu’il y a foule en pleine floraison des sakuras. Les visiteurs se répartissent le long des nombreux sentiers et on peut facilement prendre des photos de cerisiers, profiter des arbres, sans être dérangés par les autres promeneurs. En comparaison, la situation est totalement différente au parc Ueno où on se presse dans les allées comme dans un couloir de métro en heures de pointe. Je vous donne ci-dessous la carte qui ne permet pas forcément de se rendre compte de toute l’étendue de la zone.

carte parc shinjuku gyoen tokyo

 

2 – Des cerisiers visibles tout le printemps

L’autre particularité de ce parc, c’est de disposer d’une bonne dizaine de variétés différentes de sakuras, dont les dates de floraison sont réparties entre mi-mars et mi-avril. Là où les autres zones de cerisiers de Tokyo voient s’épanouir les pétales sur une courte période de 10 jours en moyenne, le parc Shinjuku gyoen permet de contempler les fleurs bien plus longtemps. Et c’est un avantage indéniable car il est parfois difficile de viser la période de floraison quand on programme son voyage au printemps au Japon. Une année un peu plus chaude, ou plus froide, et les arbres seront retardés ou en avance. En venant au Shinjuku gyoen, vous aurez donc l’assurance de voir des cerisiers en fleurs pendant un mois complet. 

zoom sakura cerisier japonais printemps à tokyo

 

Un parc de toute beauté

Passé le guichet d’entrée, le parc est tellement grand qu’on sait pas trop dans quelle direction aller. Plutôt que de se laisser guider à l’instinct, on a suivi le plan distribué à l’accueil en bons petits touristes. Je voulais commencer par le jardin japonais pour profiter du soleil matinal car la météo annonçait l’arrivée de nuages en milieu de journée.

panorama shinjuku gyoen jardin japonais

Cette première partie a été aménagée durant l’ère Edo (1603-1867) par la famille NAITO, alliée du puissant shogun Ieyasu TOKUGAWA, réunificateur du Japon. Comme souvent dans les jardins japonais, les perspectives sont très réussies avec une multitude de plans successifs qui s’alignent devant nous. Les possibilités de balades sont grandes car plusieurs chemins sillonnent entre les pins taillés, les étangs, les bosquets de cerisiers, les collines artificielles, et les maisons de thé. J’ai aussi apprécié le jardin pour la vue sur la tour NTT Docomo Yoyogi qui lui donne un petit air de Central park pas désagréable.

cerisiers du parc shinjuku gyoen avec promeneurs

shinjuku gyoen

Mais le but véritable de notre visite était la chasse aux cerisiers 🌸 : on était sûrs de ne pas revenir bredouilles car il y a plus de 1500 sakuras. Nous n’avons pas été déçus car les arbres étaient splendides, et très variés comme promis. Cependant, pas d’effet grandiose. Je n’ai pas lâché un grand “waouh !” devant une scène à couper le souffle, comme cela a pu être le cas au parc Ueno par exemple. Ici, la beauté ne réside pas dans la surabondance des sakuras mais plutôt des touches de blanc et de rose savamment implantées ici et là dans le parc.

shinjuku gyoen - section du jardin japonais traditionnel

cerisier blanc au parc shinjuku

On a pris le temps de profiter de la chaleur printanière et de ce beau soleil de mars, en flânant l’air un peu hagard. Passé le jardin japonais, nous avons évité le jardin français à l’Est qui n’est intéressant que pour sa grande roseraie, mais ce n’était pas encore la saison. On poursuit donc en direction du parc à l’anglaise, le troisième grand jardin du parc Shinjuku gyoen. Cette section est également très agréable car elle recrée des sentiers forestiers et des paysages naturels peu transformés par la main de l’homme. On se promène donc dans plusieurs clairières, des bosquets, ou sur de grandes esplanades de pelouses entourées de plusieurs espèces d’arbres, dont des cerisiers. L’heure de la pause déjeuner arrivait et de nombreux japonais s’y installait pour prendre leur pause avec un bento, et profiter de hanami entre amis ou collègues.

NTT Docomo yoyogi building skyline shinjuku gyoen

vieux cerisier du parc shinjuku gyoen

cerisiers du parc shinjuku gyoen

 

Conclusion gourmande dans un ramen étoilé

Pas de repas sous les arbres pour nous car comme prévu, le temps commençait à se couvrir et à sérieusement se rafraîchir. Mais surtout, j’avais repéré le restaurant de ramens Sobahouse Konjikihototogisu étoilé au guide Michelin 🍜, situé à proximité de l’entrée du parc, que je tenais absolument à tester. Installé dans une petite rue parallèle assez confidentielle, il n’était pas facile à trouver. La taille de la file d’attente qui nous attendait était en revanche un bon indice : c’était bien ici. On s’est donc armés de patience pour attendre notre tour. Il commençait à faire sérieusement froid et j’ai béni le moment où je me suis retrouvé devant l’extracteur d’air du restaurant. Non seulement je recevais la chaleur des cuisines en plein visage, mais surtout l’excellente odeur qui allait avec pour me mettre en appétit.

ramen étoilé shinjuku gyoen

En entrant, on fait son choix sur une machine automatique pour obtenir un ticket, puis on patiente à nouveau sur de petits bancs. Ce sera pour moi un miso ramen (miso blanc). Le bol était vraiment excellent : un bouillon épais comme j’aime, des nouilles bien cuites, et le porc fondant à souhait 😋.

miso ramen Michelin tokyo shinjuku gyoen

Nous étions installés au comptoir, le service a été rapide, impeccable, mais je vous avoue que l’ambiance du restaurant m’a un peu déconcerté. Tous les clients attendaient leur bol dans le calme, dégustaient, puis repartaient aussi sec. Nous avons donc mangé dans un silence de cathédrale… Je ne sais pas pourquoi c’était si froid, car le personnel savait pourtant mettre à l’aise. Un petit manque d’ambiance qui ne me fera pas regretter l’excellent repas ni vous inviter à passer votre chemin, mais je préfère juste vous prévenir.

 

Ce fut une matinée comme je les aime : une balade agréable sous les cerisiers, de belles photos et une pause déjeuner excellente. La suite de la journée arrive dans de futurs articles !

 

Pour en savoir plus :

Site officiel du parc Shinjuku gyoen (anglais) : https://www.env.go.jp/garden/shinjukugyoen/english/index.html


Retrouvez facilement cet article en l’épinglant sur Pinterest !

 

7 commentaires sur “Les cerisiers du parc Shinjuku gyoen

  1. Haha je me retrouve dans les essais ratés pour y aller. Au premier voyage on l’avait complètement zappé alors qu’on devait y aller (manque de temps), et en PVT la 1ere fois où on a voulu le tenter il était fermé^^
    Par contre je n’en ai pas un souvenir impérissable, c’est clair que c’est mieux avec les cerisiers. C’est une balade sympa pour la verdure au coeur de Shinjuku mais le jardin en lui même est trop grand je trouve 😀
    Pour le ramen étoilé, on en avait fait un à Sugamo (Tsuta) et pareil, l’ambiance hyper calme et tout le monde qui termine en 15 minutes et s’en va. Peut être le côté file d’attente hyper longue qui pousse les gens à faire vite.

    1. Haha, ce parc porte donc la poisse, c’est officiel ! C’est vrai qu’il faut plutôt s’attendre à un grand parc plutôt qu’à un grand jardin japonais traditionnel, et mon avis aurait été certainement différent à une autre saison. Je serai curieux d’y retourner en plein koyo à l’automne pour comparer par exemple. Une idée pour un prochain voyage ^^ ! Merci pour l’adresse du ramen qui vient se rajouter aux centaines de trucs que je dois tester à Tokyo ;-).

  2. Je le rajoute à ma liste d’endroits à visiter lorsque nous y seront, je l’espère au mois d’octobre car nous n’avions pas eu le temps de le faire lors de notre premier voyage.

  3. Nous ça a été tout l’inverse : on s’est retrouvés face au parc un peu par hasard, sans l’avoir repéré, et on s’est dit « pourquoi pas ? » quand on a vue le prix d’entrée dérisoire. On ne s’attendait pas à autant aimer ! Ce parc est vraiment très beau et c’était cool de m’y balader à nouveau virtuellement par tes photos, merci 🙂
    J’avais bien aimé la partie sous sphère, tu n’en parles pas donc j’en déduis que tu ne l’as peut être pas vue ?

    1. Effectivement on n’a pas pu y aller car c’était en travaux, mais ce sera pour une prochaine fois ^^ ! C’est clair qu’il ne faut pas se priver d’y aller, surtout quand on voit le tarif du billet.

Laisser un commentaire