bassin nymphéa jardin de claude monet giverny eure

Sensibilité japonaise au jardin de Claude Monet

Cet été, j’ai décidé de suivre les pas d’autres amoureux du Japon pour découvrir leur univers. Mon principal compagnon de route n’était pas un illustre inconnu car il se nomme… Claude Monet ! L’artiste étant un véritable passionné d’estampes, il avait aménagé sa maison et son jardin avec des touches japonaises. Un lieu superbe, aujourd’hui ouvert aux visiteurs, profondément inspirant.

 

Le jardin d’eau d’inspiration japonaise de Claude Monet

L’attraction principale, c’est bien entendu le jardin d’eau que le peintre aimait tant poser sur ses toiles. Cet espace a été entièrement créé par Claude Monet et avait suscité à l’époque une forte opposition des voisins qui craignaient un empoisonnement de l’eau avec l’introduction de plantes asiatiques. Claude Monet a même dû se justifier auprès du préfet avant de commencer les travaux !

La visite commence par un sentier bordé de bambous qui nous emmène dans une petite clairière. Celle-ci s’ouvre sur le célèbre bassin des nymphéas qui occupe la majorité de l’espace. Malheureusement, les nénuphars n’étaient pas totalement en fleurs et les glycines sur leur déclin en cette fin du mois de juillet. On n’a pas pu profiter des stars du jardin, mais le foisonnement des autres fleurs apportait de superbes touches de couleur malgré le ciel gris.

bassin nymphéa jardin de claude monet giverny eure

En arrivant à l’extrémité de l’étang, le point de vue sur le pont japonais surplombé de sa pergolas de glycines fait immédiatement penser aux parcs tokyoïtes. Il ne faut cependant pas s’attendre à un “pur” jardin japonais traditionnel mais on retrouve facilement des petites touches incorporées dans le décor. Le parc à taille humaine mêle ainsi plusieurs styles pour un résultat très réussi. Mais pour vraiment voyager au Japon, il faut entrer dans la maison de l’artiste…

basin nénuphar claude monet en juillet

 

La maison de Claude Monet, une vraie surprise

Si je m’étais déjà fait une petite idée du jardin de Claude Monet pour avoir vu beaucoup de photos de l’étang, je ne m’attendais pas à autant apprécier la visite de sa demeure. Construite en longueur dans l’axe des jardins, elle est totalement meublée, presque opérationnelle pour une location de vacances. Découvrir le lieu de vie d’un artiste est toujours très intéressant car cela permet de mieux suivre son cheminement créatif et comprendre ses sources d’inspiration.

jardin normand claude monet l'impressioniste

En entrant dans la maison, on est saisi par sa vénération pour les estampes japonaises. Les murs de certaines pièces, ceux des couloirs et des escaliers en sont littéralement recouverts. Il n’y a plus un seul centimètre carré disponible pour en accrocher de nouvelles ! Malgré l’abondance, je n’ai pas eu l’impression de me sentir étouffer. La visite a donc pris une tournure inattendue de découverte de musée. Il y avait vraiment de belles pièces, principalement de Utamaro, Hokusai et Hiroshige pour les plus connus. Monet a en effet pu bénéficier de l’arrivée massive d’œuvres en Europe avec l’ouverture du Japon à l’ère Meiji.

pieces jaunes estampes jardin de claude monet

 

Quand les estampes ont donné naissance à l’impressionnisme français

Baigné quotidiennement au milieu des œuvres de ces grands maîtres japonais, on comprend en quoi elles ont inspiré Monet dans le développement de son propre mouvement : l’impressionnisme. Les estampes ou ukiyo-e décrivent initialement “le monde flottant“, un univers souvent décadent en marge de la société, tourné vers les quartiers de plaisirs, le kabuki, les maisons de thé. Monet s’est certainement retrouvé dans ces représentations et dans leur symbolique, car lui aussi a été banni des groupes d’artistes de son époque qui considéraient que son style, très éloigné de la peinture classique, n’était pas digne d’intérêt (pas de représentation mythologique ou religieuse, traits des pinceaux visibles).

Plus tard au Japon, les estampes ont pris un rôle de “carte postale instantanée”, voire de “photographie” avant l’heure, avec les représentations paysagères de Hokusai qui décrivent la nature dans un instant précis : au printemps, à la tombée du jour, sous la pluie… Cette obsession de saisir le beau dans la nature à un instant donné, on la retrouve également dans les œuvres du peintre normand. Monet y trouva une source d’inspiration pour ses séries de peintures consacrées à son bassin des nymphéas ou à la façade de la cathédrale de Rouen qu’il a peint à de multiples reprises à différents moments de la journée. Chaque version d’une toile dégage une atmosphère très différente selon la lumière, la météo, l’heure du jour… que le peintre a réussi à capter. Monet réussit à saisir une lumière, une ambiance, une “impression” comme dans une estampe… mais avec son propre style !

Au premier coup d’œil, on ne perçoit pas les similitudes entre une peinture de Monet et une estampe mais en les replaçant dans le contexte de l’époque, le lien devient évident. Petite morale de cette histoire : Monet n’aurait certainement jamais été Monet s’il n’avait pas eu accès à la diffusion des estampes en Europe !

 

J’espère que le récit de cette visite vous aura plu. Le jardin et la maison de Claude Monet raviront tout autant les amoureux de nature que les amateurs d’art et d’estampes. La journée peut se prolonger dans le village de Giverny, ou au musée d’Orsay pour compléter la découverte du mouvement impressionniste.

 

Pour en savoir plus

L’organisation juridique est un peu étrange, je n’ai pas forcément creusé mais deux entités interviennent sur le site : la fondation de Claude Monet et l’association des jardins de Giverny. Chaque site dispose d’une billetterie en ligne mais les prix ne sont pas les mêmes selon le site. Les prix varient aussi selon la plateforme de réservation vers laquelle on est redirigé : FNAC, ticketmaster… Je vous recommande donc de suivre le lien de la boutique de la fondation, qui affiche à billet adulte à 11,50 € contre 13 € pour le site de l’association (tarif juillet 2021).

Réservation conseillée.

 

N’hésitez pas à partager cet article si vous l’avez aimé !

 

 

2 commentaires sur “Sensibilité japonaise au jardin de Claude Monet

    1. Sa vie est vraiment très intéressante, il a dû se battre face aux galeries d’arts et critiques qui l’ont vraiment descendu avec ses autres amis peintres à l’époque. Il est le père de l’impressionnisme mais il n’aurait certainement pas pu le développer sans l’inspiration qu’il a pu trouver dans les estampes. Ni d’ailleurs sans la Révolution industrielle qui, en développant le train à vapeur, lui a permis de voyager facilement en Normandie et à Paris pour capter toutes ces scènes du quotidien à la lumière si particulière.

Laisser un commentaire