Le crabe de Kinosaki dans tous ses états !

Attention aux gourmands, vous allez saliver devant votre écran ! Pour changer un peu des récits de visites, je vous propose un article sur le crabe (kani) et rien que le crabe 🦀 ! Cru, grillé, bouilli, entier, nature ou assaisonné, le Japon est le pays qui sait le mieux le cuisiner. A vos assiettes !

 

Le crabe : aliment roi de l’hiver !

Si vous voulez manger d’excellents crabes au Japon, il faut vous rendre dans la région du géoparc San’in, classée au patrimoine UNESCO, et plus spécialement au village de Kinosaki onsen que j’aime tant. Situé à quelques kilomètres de la mer, c’est la plaque tournante des ventes de crabes des neiges appelés aussi « crabe Matsuba« . Ce crustacé endémique n’y est pêché qu’au cours de l’hiver (de novembre à mars) par quelques ports triés sur le volet. Assurément ultra frais et local, le crabe de Kinosaki représente donc un met de choix qui s’intègre dans tous les repas « kaiseki » grand luxe des auberges traditionnelles (ryokan). Même si le village reste « the place to be » pour déguster le crabe, toute la région en a fait sa spécialité et il est possible d’en trouver dans de nombreux restaurants qui auront chacun leur petite spécialité, décuplant ainsi les expériences culinaires autour d’un même ingrédient.

Mais pourquoi cet engouement ? Les crabes de Kinosaki sont avant tout énormes et leur chair, d’un rose très clair, est incroyablement tendre et moelleuse. Produit haut de gamme par excellence, le Matsuba joue dans la même cour que le sublime bœuf de Kobé (pour vous donner une idée de l’expérience en bouche). Comme les mots me manquent, place aux images qui parlent d’elles-mêmes !

 

Et un crabe entier, un !

Le plus simple à déguster (mais certainement pas à préparer), c’est le crabe entier ! Le chef incise les pattes en retirant des portions de carapace pour que l’on puisse accéder à la chair avec une longue cuillère/fourchette. Si vous maîtrisez la technique avec les escargots de Bourgogne, vous ne serez pas dépaysés. Certainement l’une des meilleures manières de découvrir toute la richesse gustative du produit dans son état brut.

En sashimi

La chair de crabe de Kinosaki est cette fois-ci décortiquée et présentée en sashimis dans la carapace qui repose sur un bol de riz, d’œufs de saumon et d’autres tranches de poissons crus. Miam miam 😍 !

Le crabe matsuba ou crabe de Kinosaki est une spécialité culinaire d'hiver à manger dans la région de kinosaki lors d'un voyage au Japon.

Le crabe de Kinosaki en sushi

J’ai adoré ! Ultra fondant, très frais, je vous recommande davantage les sushis classiques aux maki sushis (je trouve que l’algue nori a tendance à prendre un peu trop le pas sur le goût du crabe).

Shabu shabu : le crabe bouilli

Le shabu shabu est un bouillon de légumes qui peut se composer de champignons enoki et shiitaké, de carotte, tofu, poireau, chou chinois… Le nom de ce plat est une onomatopée qui fait référence au bruit du bouillonnement que fait le liquide chaud lorsqu’on y plonge le morceau de crabe à cuire. Cette fois-ci, seule une partie de la patte est décortiquée. Elle est d’ailleurs finement ciselée pour que le bouillon parfume plus efficacement l’ensemble de la chair. On ne doit pas laisser le crabe tremper plus de temps qu’on en prend pour dire « shabu shabu », soit quelques secondes tout au plus ! J’aime bien le côté convivial de ce plat où chacun cuisine à table sur son mini brasero. A tester à plusieurs entre amis, à l’excellent ryokan Asanoya de Yumura onsen.

Le crabe matsuba est une spécialité culinaire d'hiver à manger dans la région de kinosaki lors d'un voyage au Japon.

La déception : le kani miso

Je termine par ce que j’ai le moins aimé, qui arrive pour ma part au niveau du célèbre natto : le kani miso ! Il s’agit de faire cuire les « restes » du crabe dans sa carapace. Quand je dis « restes », cela inclue la mini-cervelle du crabe, ses intestins et charmants organes internes qui ont une belle couleur verdâtre. En bouche, ça ressemble à du foie chaud mixé… ce n’est franchement pas ma tasse de thé !

En guise de conclusion

Difficile de garder son sérieux avec tous ces crabes… Au détour d’une balade sur un marché avec Cécilia, on n’a pas résisté à l’idée de se transformer en crustacés, encouragés par les commerçants… parce que le Japon permet à la fois d’être décalé et sérieux 😜 !

5 commentaires sur “Le crabe de Kinosaki dans tous ses états !

  1. J’adore ! Mon dieu que nous sommes beaux ahaha

    Toi aussi tu as été traumatisé par le kani miso ? Mais quelle horreur ce truuuuc !

    Merci pour cet article en tout cas, qui m’a rappelé de bons souvenirs (et une overdose de crabe…)

  2. J’ai jamais mangé de crabe au Japon, mais j’avoue que tes photos me font regretter ! Bizarrement, j’ai toujours pensé que c’était une spécialité d’Ôsaka, à cause du Kani doraku de Dotonbori (avec l’enseigne géante d’un crabe articulé)… en tout cas ça donne vraiment envie de se rendre à Kinosaki pour tester tout ça, merci pour la découverte.

    1. Le Kani doraku est effectivement une institution et un resto très réputé, mais le crabe des neiges Matsuba est vraiment une spécialité locale de la région de Kinosaki. Si tu n’as pas l’occasion d’y aller, je suppose que tu dois pouvoir en trouver sur Osaka 😉 !

Laisser un commentaire