Tofukuji : la vallée d’érables de Kyoto

Pour notre séjour automnal en 2017 au Japon, j’avais prévu une petite tournée des sites de Kyoto les plus réputés pour leurs couleurs d’automne. Le temple Tofukuji situé au Sud de l’ancienne capitale impériale en faisait partie. Célèbre pour la beauté et la densité de ses érables (momijis), la visite est à la hauteur de sa réputation 🍁 !

 

Tofukuji, face A : un rêve éveillé

Le temple Tofukuj est un gros complexe de plusieurs bâtiments, jardins, temples et sous-temples construits à partir de l’an 1236. Il y a donc beaucoup de choses à voir mais sa renommée s’est surtout construite pour sa vue à l’automne autour du pont Tsutenkyo qui signifie « pont traversant le ciel ». J’y suis venu spécialement pour cette vue qui laisse penser que le pont lévite au-dessus des arbres.

vallée des érables au temple tofokuji au sud de kyoto la capitale impériale

La structure de bois traverse une petite vallée d’une centaine de mètres dont les pentes sont entièrement plantées d’érables japonais, tous plus beaux les uns que les autres. Le parcours de visite débute d’abord par le creux de la combe, longe le ruisseau canalisé en creux de vallée, et nous emmène ensuite vers le pont. Ne vous inquiétez pas, le dénivelé ne dépasse pas quelques mètres, il n’y a rien de physique. J’ai essayé de profiter du spectacle en me concentrant sur des photos de plans larges montrant les vastes ensembles d’arbres, en délaissant les zooms sur les feuilles (j’y serai encore sinon, elles étaient toutes magnifiques 😅). La densité des érables est telle que la couleur des feuilles devient presque une source lumineuse en soit ! Au milieu de ces sentiers, ce n’était plus le soleil qui nous éclairait mais le vermillon et le carmin, teintés de touches résiduelles de chlorophylle.

On a eu beaucoup de chance car le feuillage était encore très dense et surtout au pic de sa coloration (date de visite : 22 novembre). La vue depuis la plateforme du pont n’était pas mal non plus. D’ici, on domine bien toute la vallée, faisant face à une véritable mer de feuilles rouges et orangées vraiment impressionnante. C’était vraiment agréable de pouvoir profiter des érables de cette manière sous forme de panorama, une manière bien différente d’apprécier le paysage contrairement à la majorité des autres temples de la ville.

Conseils photos !
En automne, un ciel gris clair est une source lumineuse très intéressante pour mettre en valeur la couleur des feuilles. La lumière générale est douce, uniforme, et a le mérite de présenter un arrière-plan discret, sans intérêt pour l’œil, qui laisse donc toute sa place aux couleurs vives des arbres.

Préférez donc une visite par un temps couvert plutôt que par un jour de grand soleil !

 

L’envers du décor à Tofukuji

Après les belles photos du temple, passons maintenant à la partie omise dans les brochures touristiques et qui a eu le don de gâcher la visiter : la foule ! Kyoto est en effet victime de son succès en cette période de l’année : la ville connaît un afflux de touristes étrangers et locaux venus admirer à juste titre les couleurs de l’automne. Tofukuji étant l’un des sites majeurs pour profiter des érables, j’avais un peu espéré que son positionnement excentré au Sud l’aurait préservé de la cohue du centre-ville.

Dès la sortie de la gare, mes illusions de calme se sont évaporées en un instant. Des policiers étaient chargés de guider les flux de visiteurs qui arrivaient de tous les coins de rue à pied, en train, ou via des bus de voyagistes. La bonne nouvelle, c’est qu’on n’avait plus besoin du GPS pour se repérer, il suffisait de suivre le troupeau 🐑…

Bien que l’enceinte du temple Tofukuji soit immense, nous voulions bien évidemment tous profiter de la zone payante autour du pont qui concentrait les érables. Nous sommes alors partis pour la visite la plus difficile de ce séjour à Kyoto : une bonne heure en enfilade en mode « sardines en boîte ». Envie de se retourner ? Attention, risque important d’éborgner un voisin avec son sac à dos ! Je vous passe l’attitude de certains visiteurs qui se fichaient complètement de savoir qu’ils n’étaient pas seuls : entre les perches à selfie et les bousculades pour accéder aux meilleurs spots photos, ce fut un grand moment de recherche de mon zen intérieur ☯.

Vous l’aurez compris, j’ai subi cette visite, notamment sur les portions principales du sentier somme sur le pont Tsutenkyo. Ce n’est finalement qu’après plusieurs jours que j’ai réussi à apprécier pleinement ce moment. D’abord en visionnant mes photos au calme dans ma chambre d’hôtel, puis ensuite au retour en France. Sur l’instant, on s’est sentis tellement frustrés qu’on a préféré faire une croix sur l’exploration des autres espaces de l’enceinte en se promettant toutefois d’y revenir à une autre saison. Maintenant, à l’heure de l’écriture de cet article, j’ai envie d’y retrouner !

On a très vite opté pour un plan B : le temple Komyo-in inconnu au bataillon, pourtant situé à quelques centaines de mètres du Tofukuji, que j’avais repéré par hasard sur Instagram. Véritable sas de décompression, ce récit fera l’objet d’un prochain article 😉.

 

En conclusion, je vous encourage à aller au temple Tofukuji en automne car on ne va pas se mentir, le site reste exceptionnel ! Gardez cependant à l’esprit qu’il faudra jouer des coudes, et essayez d’arriver pile à l’ouverture le matin pour espérer un peu plus de calme. En sachant à quoi s’attendre, on est moins pris au dépourvu !

A contrario, le temple semble bien moins fréquenté sur d’autres saisons, il pourra offrir une pause bienvenue après une journée au sanctuaire de Fushimi inari tout proche.

 

Pour en savoir plus :

Site officiel du temple Tofukuji (anglais) : http://www.tofukuji.jp/english/

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur PINTEREST!

 

4 commentaires sur “Tofukuji : la vallée d’érables de Kyoto

  1. Kyoto… La ville à la fois magnifique et chiante 😀
    La ville ou il faut se dire : « je fais un truc ou je profite le matin en arrivant et après des trucs secondaires où je considère que c’est pas grave si il y a du monde ».
    Superbes photos sinon ! On avait effectivement fait le Tofokuji après avoir visité le Fushimi Inari pas loin. C’était début octobre donc peu de couleurs, mais aussi peu de monde^^

  2. Les photos sont tellement magnifiques… tout ce rouge, c’est vraiment un endroit splendide !
    Je comprends complétement ta frustration avec tout ce monde, surtout que là ça avait l’air de battre des records… mais comme tu dis, heureusement après quelques temps il ne reste que les souvenirs positifs…

Laisser un commentaire