Ateliers ikebana et kokedama à Dijon

Si vous me suivez depuis un certain temps déjà, vous savez que j’aime organiser des événements autour du Japon en lien avec le blog. Le but ? Le partage bien sûr ! Dans cet article, je vous propose de revenir en images sur les premiers ateliers d’art floraux japonais qui se sont déroulés il y a quelques semaines à Dijon.

 

Ikebana, kokedama, mais qu’est-ce que c’est ?

Ce projet de vous faire découvrir ces deux arts japonais est né complètement par hasard, et comme bien souvent dans mon cas, autour d’un verre de saké japonais 🍸 ! L’histoire commence par une douce soirée d’été chez des amis qui ont eu la bonne idée de nous inviter en compagnie de Masayo, notre future prof. On a tout de suite sympathisé et après quelques échanges mails, c’était entendu, on allait organiser des ateliers d’arts floraux japonais à Dijon !

Il restait à trouver un lieu pour accueillir les ateliers et c’est encore mon partenaire régulier, le restaurant Akatsuki, qui a répondu un grand oui à cette idée ! J’en profite pour remercier Chloé et toute son équipe qui nous a également approvisionné en thé et gâteau à la fin des ateliers 🙏 !

A relire, retrouvez mes précédents articles sur le restaurant Akatsuki :

Restaurant Akatsuki, le vrai goût du Japon à Dijon

Dégustations de sakés japonais avec Kuramaster

 

Ikebana, le grand classique

L’ikebana ou « voie des fleurs » désigne les techniques de compositions florales japonaises. Là où les européens ont tendance à réaliser des bouquets denses et ronds, des gerbes de fleurs imposantes, l’ikebana prône le beau dans la simplicité et cherche à mettre en valeur les fleurs du bouquet, ou même le vase. Pour cela, plusieurs techniques sont utilisées. Tout d’abord, on joue sur plusieurs plans dans l’espace pour créer un mini-paysage. L’œil est ensuite guidé dans sa découverte par la présence systématique de lignes asymétriques matérialisées par des branchages ou des tiges. L’ikebana correspond tout à fait à l’idée de wabi sabi, qui suppose que la beauté réside dans la dissymétrie, la nature, la simplicité (wabi), alliées au travail de l’homme (sabi).

Aujourd’hui, il y a presque autant d’écoles d’ikebana que de Pokemon différents à attraper ! Masayo s’est spécialisée dans le style contemporain sogetsu dont le principe repose sur le fait que n’importe qui peut réaliser un ikebana de qualité, n’importe quand, et avec n’importe quel élément. Ce style autorise par exemple la confection de bouquets à partir de tiges métalliques, de billes en verre ou même de papier. Il a aussi l’avantage de pouvoir être réalisé en composition « libre » : pas besoin de faire des dizaines de cours pour maîtriser la théorie, on peut se jeter rapidement à l’eau dès la première séance.

zoom chrysanthème

 

Après une rapide présentation, chacun a pu se lancer dans sa composition, aidé par les bons conseils de Masayo. Les plantes sont maintenues dans un pique-fleur métallique, immergé dans une coupelle d’eau, ce qui permet de bien sculpter sa composition. Le résultat est plutôt bluffant après une première séance vous ne trouvez pas ?

 

Kokedama, le petit nouveau photogénique

Le deuxième atelier de décembre était dédié au kokedama. Imaginée il y a une trentaine d’années seulement, l’idée du kokedama est née dans les grandes villes japonaises en quête de verdure. Il s’agit ici de planter un végétal dans une sphère (dama) recouverte de mousses (koke). Le contenant lui-même est vivant. Ne sont-ils pas mignons tous ces petits kokedama alignés sur le comptoir ?

kokedama dijon

 

Pour réaliser un kokedama, il va davantage falloir se salir les mains. La première étape consiste à réaliser une boule compacte à partir de terre de bonzaï et d’argile qu’on aura légèrement humidifié. La sphère est alors creusée avec les pouces au sommet pour créer un petit trou au niveau du pôle afin d’y insérer sa plante. Dit comme ça, on a l’impression que c’est facile mais ce n’est pas si évident de garder sa sphère intacte ! Trop d’eau et elle se délite en bouillie, pas assez et elle s’effrite comme du sable.

étape diy kokedama

 

Pour solidifier la sphère et garder l’humidité en son cœur, il faut alors la recouvrir d’une épaisse couche de mousses,  puis saucissonner l’ensemble avec une très fine cordelette de coton noir. Et voilà le résultat, je suis fan 😍 ! Pour l’entretien, rien de plus simple : il faut penser à faire une à deux pulvérisations d’eau par semaine sur la sphère, l’immerger de temps en temps une dizaine de minutes dans une bassine d’eau pour la recharger, et vous pourrez la conserver pendant plusieurs mois sans problème.

atelier dijon mousse kokedama

 

Et maintenant ?

D’abord, je voulais remercier une nouvelle fois les participants et vous tous, amis lecteurs, pour votre fidélité. C’est grâce à vous que ces ateliers sont possibles, que j’ai envie de prendre du temps pour organiser des événements à Dijon. Le blog ne m’est pas seulement réservé, il est là aussi pour vous faire partager ma passion et je suis vraiment très heureux de pouvoir profiter de ces moments avec vous 😊 !

Désormais, j’ai besoin de votre avis. Est-ce que ces ateliers vous ont plu ? Est-ce que vous préférez l’ikebana ou le kokedama ? Seriez-vous intéressés par des prochaines dates en 2019 sur Dijon ? Donnez-moi vos impressions dans les commentaires à la fin de cet article !

 

En fonction de vos réponses… on reprendra un verre avec Masayo… et on vous retient au courant 😉 ! A très bientôt !

kokedama akatsuki dijon

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur Pinterest !

 

 

 

6 commentaires sur “Ateliers ikebana et kokedama à Dijon

  1. C’est vraiment génial tout ce que tu proposes de faire grâce à ces ateliers ! Les photos sont vraiment splendides et les compositions florales sont tellement belles… ça me donne vraiment très envie de tester ! J’avoue avoir un petit (gros) faible pour les Kokedama, c’est vraiment trop adorable !

    1. Merci ^^ ! J’aime bien organiser ces ateliers, ça permet de partager ce qu’on aime et de se rencontrer avec les abonnés. Je crois que les kokedama ont vraiment convaincus tout le monde, ils ont un pouvoir kawai énorme !!!!

  2. Encore un article qui fait voyager! 🙂 N’ayant pas participé aux précédentes sessions, j’aimerais beaucoup m’essayer au kokedama qui donne un rendu vraiment trop kawaii!!!

    1. Comme quoi, on peut voyager en restant à Dijon ^^ ! J’espère pouvoir proposer de nouveaux ateliers cette année, d’autres personnes sont aussi intéressées. Ceux qu’on a fait en décembre sont toujours en forme même si la mousse a un peu grillé. Costaud le kokedama !

Laisser un commentaire