Metro Tokyo : guide de survie et conseils pratiques

C’est votre premier voyage au Japon et vous angoissez à l’idée de vous perdre dans le métro à Tokyo ? Vous ne savez pas comment faire pour acheter un billet ni quel pass choisir ? Alors ce guide pratique « Metro Tokyo » est fait pour vous !

 

Je suis moi-même passé par cette petite phase d’inquiétude pour mon premier séjour, car j’avais trouvé très peu d’informations pratico-pratiques sur le net. Dans cet article, je vous dévoile tout ce qu’il y a à savoir, avec les photos des bornes, les étapes à suivre sur les écrans ainsi que les panneaux indicateurs, histoire de vous montrer que ce n’est finalement pas si compliqué 😉 ! Comme d’habitude, vous aurez en fin d’article la liste des sites officiels et les liens utiles pour récupérer les cartes en format .pdf haute définition.

 

Sommaire du guide 'Metro Tokyo'
Etape 1/5 : lire le plan, comprendre le réseau de métro
Etape 2/5 : déterminer le prix de son trajet
Etape 3/5 : acheter son billet aux bornes
Etape 4/5 : s’orienter dans le métro
Etape 5/5 : économiser avec les pass

 

Etape 1/5 : lire le plan, comprendre le réseau de métro

Inspirez un grand coup car vous risquez la crise cardiaque la première fois que vous allez vous retrouver devant le plan de métro de Tokyo. On va donc prendre le temps de décrypter tout ça tranquillement. Quand on regarde la carte brute, ça donne ça 👇 :

guide pratique plan metro tokyo francais pass suica jr yamanote line

Le réseau de métro est géré par deux compagnies distinctes qui opèrent des lignes différentes :

  • Le réseau Toei, référencé dans la colonne de gauche sur la légende de la carte (de la ligne Asakusa à la ligne Oedo)
  • Le réseau Tokyo Metro, colonne de droite sur la légende (de la ligne Ginza à la ligne Fukutoshin)

Les lignes de ces réseaux sont interconnectées entre elles et on peut facilement passer de l’une à l’autre avec un même billet.

A retenir : Attention, le fait de naviguer d’un réseau à l’autre sur un même trajet vous coûtera plus cher que si vous circuliez de bout en bout avec la même compagnie !

La capitale nippone dispose en complément d’une ligne circulaire qui fait le tour de la ville en passant par les principaux quartiers touristiques : il s’agit de la Yamanote line. Attention car cette ligne ne fait pas partie du réseau de métro, elle correspond à l’équivalent de nos RER parisiens ou trains de banlieue. La Yamanote line est exploitée par une autre société, la compagnie JR, qui gère également le réseau ferré au Japon. La Yamanote line est représentée sous forme de pointillés noirs et blancs sur le plan, surlignés ici 👇.

A retenir : le métro et la Yamanote line sont étanches. Pour passer de l’un à l’autre, il vous faudra nécessairement 2 billets différents.

Lors d’un voyage, vous serez très certainement amenés à jongler entre toutes ces lignes pour optimiser vos temps de trajets et profiter au mieux de ce que Tokyo peut vous offrir.

Vous l’aurez compris, pour ne pas vous ruiner en frais de transports, il faut adopter une bonne stratégie :

  • soit circuler avec la même compagnie et éviter les transferts entre les réseaux,
  • soit acheter un pass qui vous permettra de ne pas vous prendre la tête en vous donnant un accès presque illimité. Nous verrons ce point un peu plus tard dans cet article.

 

Etape 2/5 : déterminer le prix de son trajet

Au Japon, le prix du trajet varie en fonction de la distance parcourue. Plus votre trajet sera long et plus cela vous coûtera cher, à la différence du métro parisien où la RATP propose un tarif unique sur toutes les lignes intramuros (zone 1).

Pour déterminer le prix de son trajet, 2 solutions :

  1. Consulter le site Hyperdia qui vous donnera tous les tarifs, horaires et temps de parcours,
  2. Rentrer dans la station de métro et consulter le panneau d’affichage.

 

Ci-dessous, vous trouverez un zoom de la carte qui est affichée dans la station de départ « Komagome » d’où je suis parti .

La station où je me situe est colorée en jaune. Je voulais me rendre à la station de Shibuya au sud-ouest. Après l’avoir trouvée, et identifié le trajet à suivre, on remarque que le petit rectangle de la station Shibuya comporte le chiffre « 240 ». Cela correspond tout simplement au tarif du ticket. Je dois donc payer 240 yens pour rejoindre Shibuya depuis Komagome.

A vous de jouer ! Si vous deviez aller à Korakuen au sud de Komagome, vous avez besoin de dépenser…

Réponse : 170 yens.

Facile non ?

 

Etape 3/5 : acheter son billet aux bornes

Maintenant qu’on sait quel ticket acheter, il suffit de se rendre aux bornes automatiques pour se le procurer.

Depuis cette année, les compagnies ont fait d’énormes efforts de traduction car elles proposent désormais une version française de tous les automates, en prévision des JO de Tokyo 2020. Plus besoin d’être bon en anglais 💂 ! Mais il reste encore quelques petites subtilités, voici donc la marche à suivre 👇.

 

Et voilà le travail ! Mais souvenez-vous, je devais payer la somme de 240 yens par personne pour aller jusqu’à Shibuya, et je viens d’acheter des billets de 170 yens seulement 😱… Je vais pouvoir entrer dans le métro sans problèmes mais les portiques de contrôle à l’arrivée ne vont pas me laisser sortir quand j’insérerai mon ticket à Shibuya. Il va falloir pour cela que je paye un complément (240 – 170 = 70 yens de plus par personne) auprès d’une nouvelle borne spéciale qui s’appelle Fare adjustement… on n’est pas au pays de la robotique sans raison ! Rien de plus simple sur cette borne : on insère le ticket, la machine indique le montant à payer, le ticket ressort « crédité », et on peut ressortir aux portiques comme si de rien n’était.

 

Vous êtes perdus ? Pas de panique !
Avant de vous mettre à pleurer au milieu de la station, un Japonais compatissant devrait vous venir en aide en voyant votre air ahuri. Dans le cas contraire, demandez un coup de main aux agents en uniforme aux guichets, ils se plieront en quatre pour vous aider.
Le sens du service des Japonais est exemplaire !

 

Etape 4/5 : s’orienter dans le métro metro tokyo

Enfin !!! On a notre billet en poche, on peut maintenant entrer dans le métro ! Pour se repérer, rien de plus simple grâce au système ingénieux de numérotation des stations. Je mets toujours un peu de temps à me repérer à Paris car il faut connaître le terminus qui nous intéresse pour prendre la rame dans le bon sens. A Tokyo, chaque station est codée avec un chiffre. Plus besoin de connaître le terminus avec ce système, il suffit juste de connaître le chiffre de sa station de destination, et emprunter la ligne dans le sens croissant ou décroissant.

Voici un exemple sur un autre trajet : je suis ici à la station E9 Ueno-okachimachi, et je dois aller à la station E07 Kasuga. Voici le panneau d’affichage dans les escaliers qui mènent aux quais 👇 :

A gauche, le quai 1 permet d’accéder aux stations allant de E01 à E08 (c’est donc ce métro que je dois prendre pour aller à E07), à droite le quai 2 conduit aux stations allant de E10 à E23. En arrivant sur les quais (immenses !!!), on retrouve à nouveau les plans de la ligne et les horaires placardés sur les piliers cylindriques.

Sur le mur gauche longeant les voies, des panneaux reprécisent le sens de circulation des rames et la prochaine station desservie, ce qui permet de savoir si on est dans le sens croissant ou décroissant des stations. Tout est ok pour rejoindre E07 Kasuga !

 

Etape 5/5 : économiser avec les pass

On ne va pas se mentir, le montant variable de chaque trajet devient vite pénible si on achète nos tickets à l’unité. Heureusement, il existe des pass qui viennent nous simplifier la vie !

 

Carte SUICA : la fausse bonne idée

La carte SUICA est une carte magnétique qu’il est possible de créditer avec une certaine somme d’argent, directement aux bornes du métro. Chaque région du Japon dispose plus ou moins de sa carte mais sachez qu’elles fonctionnent toutes sur le même principe. Une fois alimentée, il suffit de la flasher à chaque passage pour que les trajets soient débités petit à petit. Avec ce système, plus besoin de se prendre le tête à acheter un ticket en repérant son coût, le tarif est automatiquement ajusté et débité aux portiques de métro. La carte SUICA est également pratique car elle permet de payer dans une multitude d’enseignes : konbini, distributeurs automatiques, consignes en gare (coin lockers), taxi…

Mais voilà, ce produit survendu aux touristes n’a aucun intérêt financier pour vous ! La carte SUICA n’est ni plus ni moins qu’un porte-monnaie magnétique qui vous permet de payer un service à son coût réel, sans réaliser la moindre économie. Ce système est avant tout utile aux Japonais dans un pays où les paiements par carte bancaire sont peu répandus.

 

Tokyo Metro pass : le vrai bon plan pour un max d’économies

Gardez votre argent et ne prenez pas de carte SUICA ! En revanche, achetez les pass Tokyo metro qui eux vous feront gagner beaucoup d’argent ! Ces pass permettent en effet de voyager de manière illimitée sur les 2 réseaux de métro de Tokyo pour une durée de 24h (pass à 800 yens), 48h (1200 yens) ou 72h (1500 yens – tarifs en vigueur au 1er décembre 2018, renseignez-vous sur le site officiel pour vérifier son actualisation – lien en fin d’article). A noter que la ligne Yamanote n’est pas couverte. Quand on sait que le trajet moyen en métro coûte environ 200 yens, la carte 24h est amortie à partir de 4 trajets par jour. En comparaison, le métro parisien est hors de prix : le pass 72h de la RATP revenait à 26,65 € au 01/08/2018, contre 1500 yens pour l’équivalent de Tokyo, soit environ 12 € après conversion !

Ces pass ne sont vendus qu’aux touristes étrangers, sur présentation du passeport. Quand j’arrive au Japon, je les achète directement à l’aéroport pour être tranquille ensuite durant le séjour. Ils sont également en vente dans les grandes stations de Tokyo. Sachez que vous n’êtes pas limités en quantité : si vous restez 5 jours à Tokyo, vous pouvez très bien acheter un pass 72h et un pass 48h pour couvrir la totalité de votre séjour.

Si vous possédez un JR pass, la ligne circulaire JR Yamanote sera accessible gratuitement. Mais vu le tarif des JR pass, ce n’est pas forcément intéressant d’opter pour cette solution pour voyager sur Tokyo. Pour plus d’informations sur ce sujet complexe, je vous invite à lire mon article qui lui est entièrement dédié : « conseils pour choisir son JR pass« .

A retenir : ne vous prenez pas la tête et achetez systématiquement les Metro Tokyo pass, et oubliez la carte SUICA qui ne fait pas le poids.

 

Avant de se quitter…

Je prends toujours un petit carnet quand je suis dans le métro pour récupérer les tampons de chaque station ! Véritable chasse aux trésors et ancêtre du géocaching, je vous présente cette activité ludique typiquement japonaise et fortement addictive dans cet article. En plus c’est gratuit, alors ne vous privez pas pour ramener des souvenirs sympas !

 

Vous avez aimé ce guide ?
Découvrez de nouveaux BONS PLANS dans mon GUIDE COMPLET sur le JR PASS !

 

Ce guide arrive enfin à son terme, j’espère qu’il vous aura été utile ! Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les posez dans les commentaires ci-dessous. Bon voyage !

 

 

Pour en savoir plus :

Cartes officielles du métro en haute définition : https://www.tokyometro.jp/lang_fr/station/index.html (français)

Toutes les informations sur les pass metro tokyo : https://www.tokyometro.jp/lang_fr/ticket/value/travel/index.html (français)

 

Vous avez aimé cet article ?

Epinglez-le sur Pinterest pour le retrouver facilement !

 

 

12 commentaires sur “Metro Tokyo : guide de survie et conseils pratiques

    1. Ouaip, la carte Suica, c’est pratique mais pas le rêve pour le portefeuille ^^ ! Les pass existent au moins depuis 2015 (ma première date d’utilisation), mais ils sont peut-être plus anciens. Il y a très peu de pub autour et je trouve ça bien dommage !

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article qui tombe vraiment à pique 🙂

    Je pars à Tokyo (11 jours) et j’avais l’intention de me procurer une carte Suica pour me déplacer (sachant qu’il y a 2 ans, lors d’un premier voyage, je n’avais utilisé que des tickets durant 9 jours) mais cette carte Metro Tokyo Pass semble idéale pour mon nouveau séjour.

    1. Oui tout à fait, à partir de 3 trajets de métro par jour, c’est amorti et tous les déplacements sont illimités. De quoi faire quelques économies par rapport à la Suica, c’est toujours ça de pris ^^ !

  2. Intéressant 🙂 Personnellement je défend quand-même la SUICA, qui a le mérite de pouvoir servir hors de Tokyo, et d’épargner l’achat d’un ticket à chaque trajet (ce qui est quand-même un gain de temps non négligeable). Et puis ma carte m’a dépanné plus d’une fois dans les distributeurs ou les konbini, il faut la voir comme un petit porte-monnaie virtuel et rien de plus.
    J’étudierai la question pour mon prochain voyage quand-même, car je pense repasser quelques jours à Tokyo. Peut-être un combo SUICA + Tokyo Metro Pass (en cas de passage sur la Yamanote) ?
    Merci d’avoir élargi mes horizons en tout cas !

  3. Attention toutefois, comme montré sur le plan, il y a d’autres compagnies qui circulent à Tokyo. Par exemple, pour aller à Odaiba, le plus simple est de prendre la ligne Rinkai ou la ligne Yurikamome et son métro sans pilote. Et là, ni le Tokyo Metro Pass ni le JR Pass ne sont utilisables.

  4. Bonjour
    Quelqu’un peut il me dire si le jr pass peut etre aussi utilisé dans le métro ou si je dois acheter 2 pass différents
    merci pour vos réponses
    Corinne

    1. Bonjour Corinne, comme je l’ai expliqué dans l’article, le JR pass ne fonctionne pas dans le métro, il permet seulement de prendre la ligne circulaire Yamanote qui fait le tour de Tokyo.

Laisser un commentaire