Une nuit dans un temple à Koyasan

Dans mon dernier article sur Koyasan, je vous avais quitté à la sortie du cimetière Okunoin et de sa forêt millénaire. Il est maintenant à peine 17h, l’heure de rejoindre notre temple pour y passer la fin de journée…

Dormir dans un temple, c’est pas un peu bizarre ?

Et pourquoi pas ? C’est même in-dis-pen-sa-ble pour que Koyasan soit une expérience vraiment unique et inoubliable. Je vous recommande vivement de passer une nuit sur place en réservant dans un shukubo, un temple-auberge administré par une communauté de moines. Le principe : être hébergé au cœur du temple, profiter de lieux uniques qui ne sont pas accessibles à la visite par d’autres moyens, découvrir la cuisine végétarienne réputée des moines (shojin ryori) et approcher leur quotidien en participant à la première prière du matin. Rien de moins que ça ! Les prêtres ont le sens de l’accueil et le professionnalisme digne de grands hôteliers (et certainement une fibre naturelle pour le commerce !). Dormir dans un temple, c’est goûter au standing du ryokan, l’auberge traditionnelle de luxe, avec la spiritualité en plus… alors pourquoi s’en priver ?

Réserver un shukubo à Koyasan

La particularité de Koyasan tient au fait que les temples se sont concertés pour fixer des tarifs uniques et standardisés, quel que soit l’établissement dans lequel vous allez passer la nuit. Les prix (tout compris) varient entre 10 000 et 15 000 yens par personne selon le type de chambre (option salle de bain individuelle, option vue avec jardin etc…). Ce n’est donc pas à la portée de toutes les bourses et il vaut mieux ne pas se louper dans le choix de son établissement. Car parmi la cinquantaine de shukubo de Koyasan, il n’y a qu’un pas entre un attrape-touriste et une perle d’exception. Les avis laissés sur internet sont d’ailleurs tellement contradictoires qu’il est assez difficile de se faire un avis sur le sujet… Je vous livre ici ma méthode validée sur le terrain pour dégoter THE temple de la mort qui tue 👍 : le temple Ichijoin.

Porte d'entrée du temple Ichijoin.
Porte d’entrée du temple Ichijoin.

Sur Koyasan, une association sert d’intermédiaire et gère les réservations pour l’ensemble des temples : http://eng.shukubo.net/. La rubrique « Shukubo temple lodging » donne la liste des temples, leur descriptif, et un formulaire à remplir. Il faut alors attendre la confirmation de l’association par e-mail pour savoir si la chambre est disponible et si la demande est acceptée. Pas super pratique. J’ai vu en parallèle que certains temples pouvaient être réservés via des sites plus classiques comme booking.com, ce qui m’a semblé plus simple mais je n’étais pas en confiance non plus car seule une minorité de shukubo passent par booking, et les avis ne vendaient pas tous du rêve. Bref, un peu découragé…

Et puis à force de retourner le problème dans tous les sens, j’ai suivi ces lignes directrices :

  • éviter les temples dont la page web est traduite en anglais : il y a toujours une plus forte proportion d’étrangers. Les avis rencontrés sont en règle générale moins positifs : nuit passée dans des dortoirs avec des touristes bruyants, bruit des TV des chambres voisines, chambres non chauffées et humides, moines distants…
  • dans la même idée, éviter les temples dont la réservation est ouverte sur booking,
  • axer les recherches sur les temples à taille humaine plutôt que sur les gros établissements,
  • mettre de côté les temples qui proposent des cérémonies un peu tape-à-l’œil du type « cérémonie du feu ».

J’ai au final choisi le temple Ichijoin et je vous le recommande plus que chaudement. J’y retournerai un jour, c’est juré !!! Pour la réservation, j’ai pu passer par le site suivant : http://www.japanican.com/en/hotel/review/6416020/. C’est un équivalent de booking, spécialisé sur le Japon, et on a au moins un calendrier fiable des chambres disponibles contrairement au site de l’association du Mont Koya, avec confirmation immédiate de la réservation.

Confort, luxe et sérénité

La chambre comportait une table basse avec couverture chauffante, un purificateur d’air et surtout une grande baie vitrée offrant une vue magnifique sur le jardin intérieur.

chambre-temple-koya

chambre-temple-koya2

On pouvait même se promener en yukata tout autour du jardin sur les travées de bois : so a-ma-zingggggggg comme diraient nos amis américains !

jardin-temple-koya3
Vue du jardin depuis la chambre.
jardin-temple-koya2
Le jardin de face.

A table !

Après un bon bain pris dans un onsen commun, le repas est servi dans la chambre. C’est un véritable déluge de plats végétariens qui nous attend, à la présentation raffinée. Très surprenant (certains morceaux avaient presque un goût et une texture de viande), très bon, et carrément copieux ! Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus car je n’ai rien compris aux détails donnés en anglais par notre moine-serveur 😅.

C’est l’heure du couvre-feu et du dodo, car demain, on se lève tôt !

Matinée spirituelle

Les visiteurs sont conviés à assister à la première prière de la journée en présence des moines (6h30 du matin, ça pique un peu quand on est en vacances). C’est vraiment basé sur le volontariat, il n’y a aucune obligation et si vous préférez dormir, vous pouvez rester tranquillement au chaud sur votre futon hyper confortable… mais pour quelques dizaines de minutes seulement car les moines sont chargés de ranger les chambres et d’installer la table basse pour le petit déjeuner durant la prière. Donc autant se lever et profiter de la cérémonie.

Je préfère vous prévenir tout de suite, contrairement aux chambres, on se les gèle dans les espaces communs le matin ! Il ne faisait déjà pas très chaud en avril, mais avec l’altitude et le brume de Koya, la température étaient encore plus basse. On oublie directement l’idée de certains pensionnaires d’enfiler un petit gilet vite fait sur le pyjama, c’est juste un coup à choper une pneumonie !

On entre un peu anxieux dans la pénombre douce de la salle de prière, ponctuée de quelques lanternes. Va-t-on comprendre quelque chose à la cérémonie ? Y a-t-il un risque de faux-pas culturel impardonnable qui mérite un châtiment ultime (du même niveau que se moucher en public) ? Tout se déroule finalement assez naturellement : les prêtres nous invitent avec bienveillance, chacun notre tour, à nous incliner devant l’autel en prenant une pincée d’encens, puis à prier un court instant. On retourne alors s’asseoir et on laisse la place au voisin. J’essayais de bien observer les gestes des autres personnes pour m’appliquer autant que possible à mon tour (grosse pression pour ne pas trébucher et s’étaler lamentablement devant tout le monde !). Pendant notre défilé, les moines récitent en continu des sutras entêtants qui accompagnent nos prières. Bien que ne connaissant rien au bouddhisme et malgré mon niveau de base en japonais, j’ai vécu un moment intense au milieu des fidèles : quelle tolérance et ouverture d’esprit ! L’aura du lieu couplée aux chants a créé une ambiance si particulière que je me suis senti complètement ailleurs l’espace d’un instant.

L'autel
L’autel
mandala-ichijoin2
Le temple possède une collection d’authentiques mandalas.

Après une petite 1/2 heure de prière, il est tant d’atterrir et de rejoindre la chambre où le petit déjeuner était déjà installé et prêt à être servi : timing parfait comme toujours au Japon ! C’était également très bon et plus classique que la veille : soupe miso, riz, soupe de champignons enoki et shiitaké, goma-dofu (tofu au sésame), gelée au yuzu et plein d’autres petites choses.

Il est maintenant l’heure de quitter la chambre avec une petite pincée au cœur car cette parenthèse hors du temps est désormais finie. Si vous êtes de passage à Osaka ou Kyoto, faites un détour d’une nuit à Koyasan, et choisissez avec soin votre temple, vous ne serez vraiment pas déçus !

Et vous, avez-vous déjà eu l’occasion de passer une nuit dans un shukubo ? Partagez vos impressions dans les commentaires !

 

 

Pour en savoir plus :

Site officiel de l’office de tourisme de Koyasan (en français) : http://www.koyasan.or.jp/fr/meguru/

2 commentaires sur “Une nuit dans un temple à Koyasan

  1. Le Jimyoin est très bien aussi ! Nous étions 4 et avons eu droit à un étage (2 chambres + 1 salle à manger) pour nous tous seuls, avec une vue magnifique sur le temple et les montagnes.
    La cérémonie était très sobre, les moines plutôt jeunes (et connectés ! lol) mais surtout extrêmement avenants. Franchement, rien à redire.
    Je suis passée par une agence par contre, et je n’imaginais pas que la réservation pouvait être galère à ce point.

    Très belle expérience en tout cas ! 🙂

    1. Sympa l’étage privatisé, ça donne carrément envie ! Je ne savais pas que des agences pouvaient effectuer les réservations, ça peut être pratique pour s’éviter les complications quand on réserve seul. Tu es passée par quelle société pour la résa ?

Laisser un commentaire